La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Sorcier Des Glaces : Le puits des morts

Obscure Abhorrence Productions, 2016

Black Metal, Canada

Album CD

Il y a des alliances qui sont plus attendues que d'autres et  promises à devenir cultes. Le puits des morts est de celles-ci, union d'une froideur charnelle entre Sorcier Des Glaces et ENDE, entre le seigneur incontestable de l'art noir québécois et l'une des créatures de la nuit les plus puissamment inspirées de la crypte hexagonale.

Editée en CD par Obscure Abhorrence et en cassette par Dread Records, cette offrande, osons l'affirmer tout de suite, se montre à la hauteur de l'attente que cette collaboration aussi précieuse que naturelle entre deux entités connectées l'une à l'autre par une même allégeance aux ténèbres hivernales, a suscitée dès qu'elle a été officialisée. Mieux, elle ne fait que confirmer de la plus sinistre des manières tout le bien qu'on pense depuis longtemps des deux protagonistes. La semence glaciale du Canadien remplit la première moitié du menu à laquelle répond ensuite en un reflet nocturne le fruit obscur du français. Chacun se fend de quatre plaintes en une symétrie parfaite.

Dans la lignée de son récent North, SDG s'enfonce dans une nuit lugubre, fidèle à  cette écriture déliée qui étend un tapis neigeux frissonnant. Toujours aussi norvégien dans l'âme, il réussit mieux que beaucoup d'autres à capter cette atmosphère glaciale de forêt figée par l'hiver et peuplée de silhouettes inquiétante, cette ambiance de nuit éternelle et opaque qui n'exonère jamais son black metal d'une tranchante noirceur. Visité par les vocalises écorchées de Monarque qui en d'ailleurs composé les paroles, Le puits des morts ne souffre ainsi d'aucun déficit en intensité morbide, pulsation bouillonnante dont le tempo soutenu galope à travers une immensité immaculée que viennent lécher des filets de brume.

Comme l'illustre l'épique Glaciale solitude ... Dans la pénombre hivernale, quelques notes suffisent au maître des lieux pour évoquer tout un monde crépusculaire. En n'ayant recours à la langue de Molière, il renoue en outre à une forme de poésie sépulcrale qui sied admirablement à son art prisonnier d'une gangue de glace. Plus impérial que jamais, Sorcier Des Glaces affiche ici ses traits les plus agressifs qui font plus qu'affleurer à la surface de ces longues pièces que secouent de puissants tumultes (Dans l'immensité blanche de la plaine) cependant que L'ombre squelettique du temps sonne comme une apothéose funeste, orgasme gonflée de mélodies froides comme un blizzard venu des entrailles d'une forêt éternelle.

De son côté, ENDE enfante trois complaintes parmi les plus sombrement belles qu'il ait jamais composées. Long de plus de neuf minutes, Notre falaise baigne dans un suaire lancinant, d'une langueur presque immobile que tissent guitares polluées et nappes synthétiques échappées d'une geôle de givre avant de voir son rythme s'emballer lors de dernières mesures grandioses. Introduit par des arpèges osseux, Sacrifice se veut plus ramassé, plus haineux, écartelé par  des fissures qui libèrent un souffle mortuaire. La lente accélération qui l'entraîne peu à peu vers la mort lui confère une beauté aussi définitive que cataclysmique.

Après la reprise impeccable du Call From The Grave de Bathory (est-il besoin de le rappeler ?), Fehér Isten conclut l'écoute sur une note fantomatique, instrumental ambient d'inspiration médiévale ourlé d'une absolue désolation. Culte, on vous a dit. 

Childeric Thor - 8/10