La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Taake : Hordalands Doedskvad

TAAKE - Hordalands Doedskvad

Karisma Records, 2005

Black metal, Norvège

Album CD

Taake nous reviennent de Norvège avec leur 3ème album. Il ne faudra pas en attendre un nouveau avant un bout de temps. Hoest, leader du groupe, ayant décidé de se consacrer d'avantage à Ragnarok, au concept largement moins fin, même carrément plus bœuf... Cela dit, il faudra bien profiter de ce troisième opus ! Heureusement la horde nous offre ici un putain d'album.

Avec le précédent assaut, « Over Bjoergvin Graater Himmerik », ils nous avaient habitué à un son qui leur collait plus que parfaitement. Cette prod était assez claire pour percevoir chaque seconde dans sa plus pure beauté tout en restant métalliquement guerrière. Ici on pourrait se placer entre « Nattestid Ser Porten Vid », le premier album et le second sus cité. Autant dire le parfait mélange entre clarté et légers grésillements...

Quant aux compos, c'est la digne suite de « ...Bjoergvin... », à l'enchaînement plus facile (ce qui reste une question de goût) et en plus « poétique » comme certains me l'on fait remarquer (quoi que les bruits de jack débranché en plein milieu de titre, c'est plus cru que poétique...). En tout cas les passages magnifiques et rythmiques s'enchaînent toujours aux passages d'une mélancolie rare (mélancolie plus « païenne » que morbide). On aura droit à de longs instants, voir à des titres entiers, sans chant, ce qui accentuera le sentiment de contemplation dans lequel l'on se doit d'être pour apprécier ce type d'album. Un autre sentiment qui surgit lors de l'écoute est largement épique, voir complètement guerrier. Aussi, pour tout amateur de Taake, je me dois de préciser que la basse discrète sait encore une fois nous gratifier de rares et trop brefs passages mais d'une excellente composition, à défaut d'une excellente complexité (ici ce n'est encore qu'une question de goût secondaire). Le seul défaut... non je ne peux pas appeler ça un « défaut ». Le seul « changement dans composition vocal » est l'absence de petits cris clairs judicieusement placés, pour seule consolation sur ce point, la fin du dernier titre où l'on croit que Hoest appelle son chien...

Pour conclure : tout bon fidèle doit se procurer cet album !

S.N. - 9/10