La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Ulver : Trolsk sortmetall 1993-1997

ULVER - Trolsk sortmetall 1993-1997

Century Media, 2014

Black Metal et Folk, Norvège

Box

Quel dépit.

Fan de Garm et de son oeuvre au sein de ARCTURUS, je m'étais forcément intéressé à son travail avec Ulver, et avait découvert le groupe avec le binôme Bergtatt et Kveldssanger. Un album de Black atmosphérique folkisant, et un album de Folk sombre. Quelle ne fut ma surprise à la sortie de leur troisième album Nattens madrigal, album de Black complexe qui paradoxalement lorgnait vers les premiers DARKTHRONE, avec un son effrayant, plus true que le plus true des groupes de Black True. Après cette trilogie au son très roots, le groupe s'est émancipé de la scène Black, en se dirigeant vers le Metal Gothic, puis en quittant définitivement le Metal pour l'expérimental, avec le talent que tout le monde connait.

Lorsque j'ai appris que les trois premiers albums du groupe allaient être réédités avec la démo et 4 versions inédites de Nattens madrigal, je fus ravi. On annonçait une remasterisation chaperonnée par le groupe lui-même, des tas de photos, des textes inédits... que du bonheur pour le fan que je suis.
J'ai patienté jusqu'au dernier moment pour acquérir ce coffret, préférant jouer la prudence et tenter d'entendre le résultat final, car remasterisation rime parfois avec dénaturation. (oui dur de trouver une rime à froid comme ça). Je me souviens du remaster du premier CELESTIA, un véritable massacre, non que le son fut pourri, mais on perdait toute l'âme de cet enregistrement éthéré et malade. Je fais volontairement durer le suspens, car vous l'avez vu, la note est mitigée, et il est très difficile de descendre un album que l'on aime.

Donc je le marque en gras : cette chronique ne concerne pas tant ces 3 chefs-d'oeuvre de la musique Extrême des 90's que le mix effectué sur eux .

L'objet en lui-même est magnifique : une boite avec deux ensembles, l'un pour les photos et les textes, commentaires, logos, flyers, l'autre avec les pochettes, titres, et les 5 cd. Franchement rien à redire, ça a un petit coté encyclopédique bien sympa.

Venons en au CD, la démo Vargnatt est présentée une nouvelle fois avec un son retravaillé, ma foi fort réussi, on garde un coté sale et cristallin, et tout est (enfin) audible. Sur ce disque le groupe propose déjà un Black Metal différent, avec des guitares acoustiques et des parties vocales très éloignées de ce que proposera Garm par la suite : le chant clair est en effet très moche, proche des erreurs de jeunesse de la déesse Anna-Varney (SOPOR AETERNUS), quand il/elle s'essayait aux vocalises de chèvre. Cette imperfection exceptée, cette démo est intéressante à écouter sans pour autant être essentielle. Venons-en au premier et excellent album du groupe. Sa version initiale manquait de basse il est vrai, mais cela accentuait le coté onirique et ancestrale de cette version. Ici le son est plus clair, certaines parties vocales sont sublimées,... mais merde, cette basse gonflée, c'est quoi ? Celle d'un groupe de Funk ? L'album, pourtant excellent se trouve à mes oreilles complètement dénaturé, désacralisé, ramener au rang du premier album de Black Folk venu. Bordel, ce son étouffé exempt de basse, c'était l'identité de ce disque, la rendre plus audible n'aurait pas été un crime, la preuve le travail effectué sur la réédition du premier ARCTURUS ! Mais là le groupe comment le premier impair de ce coffret...

La retouche sonore du second album est en revanche fort convaincante, tout est plus clair tout en restant intimiste, presque intime, rien n'est gonflé artificiellement, bravo. Le titre bonus, Synen, apparu sur une compile de 96, est dans la même veine, peut-être un peu en deçà du reste de ce grand album, car un peu bavard.

Mais là où le massacre est le plus flagrant, c'est sur Nattens... oui le son 4 pistes était dégueulasse, suraigu, douloureux presque, les basses réduites à néant. Mais ce son crado, pour une musique somme toute aussi complexe, ça contribuait à l'identité et à la saveur de ce disque magistral. Là le groupe, qui a lui-même cherché un nouveau son pour la plus grande arnaque de l'histoire (je vous laisse lire l'histoire du budget studio dilapidé) a pondu un bel étron. Ils ont baissé les aigus pour se tourner vers les médiums, tout est au même niveau, audible et étouffé à la fois, mais le charme de l'enregistrement original a bel et bien disparu. Alors sans doute le quidam qui découvrira la période Black des norvégiens se régalera-t-il de ce pied-de-nez en forme de compromis, car plus de tympan assassiné par le mix des guitares rappelant une fraise de dentiste, mais le fan irréductible ce sentira floué par une telle entreprise : les commentaires sur internet le prouvent, comme moi, c'était un dépoussiérage du son qui était attendu, pas un viol de l'esprit cru originel de ce grand oeuvre. En effet, on croirait ce mix effectué avec des moufles avec pour seul but de mettre tout les potards sur middle.... Ça me fait mal de juste le réécouter...

Enfin, le groupe propose 4 titres de répétition sans voix de cet ultime opus, le son est clair mais plat. Je n'ai pas trop vu l'intérêt de ces versions si ce n'est de présenter les morceaux sous un jour plus mécanique et avec un son plus audible que jamais, c'est un comble pour des démos.
Pour conclure, ce coffret est loin d'être essentiel, sauf pour le fan insatiable, et supposera la conservation des versions originales qui conservent quant à elle un esprit intemporel.

Aloerw - 5/10