ARKHAN (oct 2004)

Black / death metal, Suisse

octobre 2004

Déjà interviewé dans nos pages il n'y a pas si longtemps, j'ai pu rencontrer le groupe de nouveau à l'occasion de leur passage sur la compilation CD qui sera encartée avec le prochain TRANSITMAG « Spécial scène Suisse » ; voici leurs réponses proposées en avant-première, avec une certaine évolution musicale à la clef...

Hello ! anciens membres de IPSUM, vous venez du Valais, et on vous a vu sur scène au Brutal fest de TRANSIT il y a peu... Que doit-on savoir d'autre sur vous?

Hello Transit ! Rien de spécial si ce n'est que cette étiquette IPSUM est loin derrière nous maintenant et que nous n'y collons plus du tout. Par ailleurs, nous ne sommes pas tous valaisans. En effet, si nous répétons en Valais, nos domiciles sont éparpillés aux 4 coins de la Suisse romande (Lausanne, Fribourg et Valais).

OK ! Oublions IPSUM ! Et que signifie le nom du groupe ? Renferme-t-il un concept précis ?

Le terme ne signifie rien en lui-même, nous trouvions juste qu'il sonnait bien voilà tout... Cette absence de signification fait partie intégrante de la thématique de notre première démo, c'est-à-dire : un miroir grossissant de la société actuelle, caricaturé dans un monde parallèle désigné par le terme ARKHAN. Dans nos nouveaux morceaux, nous approfondissons cette exploration de l'absurde et de l'ironie...

Le line-up est–il a compléter, à la vue de la BAR qui vous accompagne sur scène ? Ou le son froid synthétique est un choix à part entière pour votre musique?

A vrai dire, depuis la formation du groupe, la disponibilité d'humains à la hauteur de la machine nous fait cruellement défaut. La BAR n'est donc pas du tout un choix mais une nécessité ! Nous ne voulons pas développer le côté électronique mais tentons plutôt d'humaniser notre batterie au maximum.

Vous avez sorti une démo intéressante nomméeDead End, il y a déjà quelques temps : quels retours en avez-vous eu, aussi bien de la part des médias métal que de labels ? En êtes-vous satisfait ?

Les échos furent positifs autant de la part du public que de la presse spécialisée. Les quelques critiques qui ont été données nous ont également permis de faire évoluer notre musique et d'améliorer nos compositions, je pense que cela va fortement se sentir dans notre prochain album qui s'annonce plus carré et brutal. Concernant la recherche de label, ce n'était pas notre but premier en réalisant cette démo. Mais nous espérons pouvoir courtiser ces derniers davantage avec notre prochain album dont la chanson présente sur la compilation fait figure de prémices.

SurDead End, vous pratiquiez le death metal matiné de black, ce qui donne un côté ‘nordique' aux titres. Pourquoi abandonner le coté black dans les nouvelles compositions ?

Nous nous sommes naturellement orienté vers un style que nous voulons plus scénique, plus brut et plus fun tout simplement...


En prolongement de la question précédente, ne craignez-vous pas, justement, d'être «noyés» parmi tous ces groupes helvétiques de death métal ? Quelles sont alors vos particularités ?

Nous ne faisons pas du death à proprement dit. Nous cherchons à conserver un côté mélodique, caractérisé par des parties au clavier. Nos nouvelles compositions restent assez variées et groovy. Quoi qu'il en soit, nous faisons avant tout la musique qui nous plait sans nous préoccuper des styles et mouvances actuelles.

Quelles émotions souhaitez-vous retranscrire grâce à votre musique ?

Nous cherchons surtout à transmettre notre plaisir de jouer au gens qui nous écoutent. S'il leur prend l'envie de "headbanger", nous pouvons alors estimer que notre principal objectif est atteint...

Sur scène, vous semblez déjà bien rodés entre musiciens ; est-ce une activité qui vous sied entièrement ? Avec qui aimeriez-vous jouer, si vous pouviez choisir ?

La scène étant notre objectif et plaisir principal, nous essayons de rendre nos concerts les plus intenses que possible. Si nous nous y sentons de plus en plus à l'aise, nous estimons avons encore beaucoup à apprendre à ce niveau.
Le choix des groupes avec lesquels nous jouons importe peu tant que l'ambiance est bonne (et que la bière coule à flot...).

S'il y en a une, quelle est la philosophie du groupe, résumée par un slogan en trois mots ?

Warning retarded content !!

Bravo ! Bien joué ! Au fait, avez-vous des side-projects ? Si oui, parlez-nous en un peu...

Non, plus maintenant...

Si vous le voulez bien, prêtons-nous à un sommaire portrait chinois :

oCd thèque idéale ?MANOWAR, GUNS N'ROSES, DEICIDE, DREAM THEATER, sans oublier l'intégrale de Hubert Félix et de Jean-Jacques !

oFilms préférés ?Evil Dead Trilogie, Intégrale Kubrick, Starship Trooper, tous les films cultes de la firme Troma, Fulci et Spielberg.

oRéférences littéraires / artistiques majeures?Manga, Kundera, Picsou magazine, Aristote et Playboy.

oPasse-temps favoris ?Girlfriends, Horror movies, video games, beer and... Aristote.

oLe pire souvenir lié au groupe ?Notre concert au Moshpit de Naters. L'ingé-son était responsable de la Boite à rythme et a complétement merdé ses lancements ainsi que le son en général... induisant ainsi un énorme chaos durant toute la durée du concert !

oEt le meilleur ?Notre concert au Festival HeAvYmEtAl de Winterthur : un son excellent, une ambiance extraordinaire... et 190 litres de bières.

oUn truc a éradiquer de la surface de la Terre ?Les mauvais ingé-son, les arbres et les femmes au volant.

oUne belle mort ?Electrocuté avec un micro dans le cul... sur scène... évidemment.

Merci et à bientôt sur la route, les derniers mots sont pour vous :

Merci pour l'interview, nous espérons rencontrer beaucoup de vos lecteurs sur la route et les faire headbanger comme des fous. A bientôt...

Autocrator