HINDVIR

Hindvir groupe live

Black/Pagan, France

Mai 2008

Hindvir, jeune formation originaire de Toulon, nous a offert en ce début d'année un excellent et premier album « Roth Cingetos Taxonaria ». Mélangeant habilement les scènes black et pagan, le résultat en convaincra plus d'un! Voici le résultat de l'interview que le groupe a bien voulu accorder à la Horde Noire, merci à eux pour leur disponibilité!

1. Hail! Vous n'allez pas y échapper! Pouvez-vous présenter le groupe à ceux qui ne vous connaissent pas encore?

Au commencement, Hindvir n'était composé que de deux frères, Engarth (batterie) et Walanir (guitare). Puis lors d'une soirée nous avons fait la connaissance d'Efnys Yersina qui s'ajouta de suite au chant. Le groupe est d'abord né sous le nom de Gjallarhorn mais après plusieurs dates sous ce nom là et un line-up au complet nous avons décidé de changer de nom et d'adopter en 2003 celui d'Hindvir qui caractérise plus le côté violent et brut de notre musique, notre concept ayant pris une tournure beaucoup plus agressive. Et c'est seulement un ans après que nous décidons d'enregistrer notre première démo 10 titres « Vigrid Vollen » à l'aide de Runenlyd d'Artefact pour avoir un premier support qui nous a permis de démarcher auprès des salles et des groupes pour organiser des dates et aussi toucher un premier publique.
Cette démo restera autoproduite car c'est réellement à partir du « Roth Cingetos Taxonaria » que débute vraiment l'esprit du groupe. Et c'est en 2007 qu'Arkasian nous rejoint à la basse et l'enregistrement de ce premier album peut commencer. Hindvir entre donc au Solstice Studio et y enregistre durant plusieurs semaines ce qui sera notre premier album signé chez Behemoth Productions (subdivision de Masterpiece Distribution Italy). Mais le fait de signer chez un label étranger n'a pas suffit à retenir notre ancien et glorieux chanteur Efnys qui a quitté le groupe il n'y a pas longtemps pour laisser place à Archaon et Taalroth qui font désormais partie de notre horde.

2. Votre patronyme est un hommage, plus ou moins explicite, au groupe Windir. Pourquoi avoir fait ce choix? Que représente pour vous ce groupe norvégien culte, qui a sorti de nombreux chef d'œuvre? On retrouve également des membres de Windir dans le groupe Vreid. Quel est votre avis sur cette nouvelle formation, plus si nouvelle que ça d‘ailleurs puisqu‘ils ont déjà sorti 3 full-length?

Dans Hindvir, nous aimons tout simplement Windir pour leur Pagan Black Metal de très grande qualité. Notre nom se rapproche phonétiquement du leur mais notre concept musical en diffère. En ce qui concerne Vreid je n'ai pas accroché à leur musique. Néanmoins je vous parlerais deCor Scorpiiqui sont pour moi les nouveux Windir. Allez y jeter un œil...

3. Parlons de votre premier méfait, Roth Cingetos Taxonaria. Vous avez bossé à nouveau avec Sebastien Bernard (Artefact), comme sur votre démo Vigrid Vollen. Comment s'est passé l'enregistrement? Tous les morceaux ont-ils été composés durant un court laps de temps? Ou, au contraire, certains morceaux représentent le groupe durant différentes périodes?

Effectivement nous avons bossé avec Sébastien Bernard pour l'album ainsi que pour la démo. Sébastien est un très bon ingénieur du son que nous avons rencontré lors de notre premier concert à Nice. Les semaines que nous avons passé dans le solstice studio sont toutes simplement énormes et inoubliables. Ne vivre que de musique pendant des semaines et voir ses efforts prendre forme et aboutir ainsi... C'est une expérience qu'il faut avoir vécu au moins une fois dans une vie de musicien. De plus les membres d'Hindvir sont avant tout des potes et Sébastien déconne à longueur de temps. Nous savions d'avance que cela allait forcément bien se passer. En ce qui concerne la composition des morceaux de l'album, ils ont été réalisés pendant un long laps de temps... cela s'est fait naturellement. Depuis la démo de 2005 on ne s'est pas arrêté de composer.

4. Quels sont les retours que vous avez eu jusqu'à présent? Des regrets, avec le recul, ou êtes-vous pleinement satisfait de votre premier album?

Au niveau de la promotion, Behemoth Productions s'est réservé 300 copies sur le premier tirage de 1000 copies afin de les faire parvenir aux différents magazines et webzines. Nous recevons régulièrement des interviews de ces derniers par l'intermédiaire du label. En ce qui concerne les échos sur ce premier album, nous avons eu 4/6 sur le Metallian, 7/10 sur le RockHard et 7,5/10 sur le Grind zone mais aussi beaucoup d'autres retours positifs et encourageant venant de tous les pays... D'ailleurs nous collaborons avec Nuclear Blast qui nous distribue par le biais de leur catalogue ou encore avec Twilight qui nous a mis sur une de ses compilations. Quant au public qui vient nous voir en live, il ne nous a presque jamais déçu. Concernant l'album nous n'avons aucun regret, nous sommes pleinement satisfaits du résultat.

5. Outre les influences de Windir, on retrouve également des réminiscences des premiers Enslaved mais également de Blodsrit. Devez-vous avoir un état d'esprit particulier pour composer vos morceaux? Ou le processus de composition se fait naturellement?

Nous composons nos morceaux au fil du temps. On ne se pose pas de questions, on ne s'impose pas une direction à suivre... cela se fait tout naturellement dans n'importe quelles conditions. Ensuite on se concerte et on ne garde que ce qui nous plaît.

6. Quels sont les thèmes de vos paroles? On pouvait voir des titres en français sur votre démo, ou sur l'album, sauf erreur de ma part, l'ensemble est écrit en anglais. Pourquoi ce choix?

Effectivement, la démo a été entièrement rédigée en français. L'album, quant à lui, est en anglais sauf le titre "Roth cingetos taxonaria" qui est entièrement en gaulois antique. Nous avons choisi l'anglais pour une plus grande accessibilité à nos paroles, l'anglais étant la langue internationale. Cet album parle essentiellement de l'ancienne gaule païenne et du génocide chrétien qu'elle a subit.

7. Comment se passe votre collaboration avec Behemoth Productions, qui a, entre autres dans son écurie, le one man band Black Funeral? Comment êtes-vous venus à travailler avec eux?

Tout d'abord nous avons mis les premiers morceaux en ligne du « Roth Cingetos Taxonaria » sur notre page myspace et nous avons été tout de suite contactés par plusieurs labels. Après avoir comparé toutes ces possibilités, l'offre que nous a faite Behemoth Productions (subdivision de Masterpiece Distribution) fût la plus intéressante. Nous avons donc répondu favorablement à leur offre. Ils nous ont tout de suite proposé une distribution internationale par le biais des plus grands distributeurs Metal des pays concernés (Season Of Mist, Century Media, Roadrunner, Plastic Head, VME, etc...) et un très gros avantage au niveau Merchandising. De plus, nos relations avec ce label ont tout de suite été très bonnes.

8. La pochette de votre album, que je trouve tout particulièrement réussite, a été réalisé par 3-Crosses. Il commence à se faire une place de choix dans l'UG. Vous lui avez laissé carte blanche pour la cover?

3-Crosses, qui est aussi le bassiste d'Otargos, est un très bon designer. Nous l'avons choisi car, faisant déjà partie d'un groupe de black metal, il serait forcément plus apte à comprendre notre concept, notre esprit et nos ambiances. De plus ses précédents travaux nous ont tout de suite convaincus. Nous avons donc laissé libre cours à son imagination et nous n'avons pas été déçus.

9. J'ai appris récemment que vous aviez quelques problèmes de line-up. Vous pouvez nous en dire plus là-dessus?

Nos problèmes ont commencé avec le départ de notre chanteur/guitariste Efnys Yersina. Il a donc fallu le remplacer. C'est alors qu'Archaon (chant) et Taalroth (guitare) ont rejoint notre Horde. C'est maintenant notre bassiste Arkasian qui s'en va et nous avons du mal à le remplacer. Il est difficile de trouver des musiciens compétents, libres, motivés et correspondant à notre style.

10. Vous êtes originaires du Sud de la France, et de Toulon plus précisément. La scène BM là-bas y est de qualité! Êtes-vous en contact avec certains groupes? Comment avez-vous vécu les événements qui se sont produits en 1996? En supposant que vous les ayez vécus, évidemment...

Il est vrai que la scène Toulonnaise est de qualité et de plus en plus de groupes se forment et se défont. Pour n'en citer que quelques uns nous connaissons bien Artefact, Charnier, Svart Crown, Annihilation, Juicy Guts, Aposthem...
Pour parler de 1996, nous avons été au courant de ces évènements comme tout le monde mais n'y avons pas assisté personnellement. Nous connaissons des membres de groupes de black de l'époque qui ont eu un rapport plus ou moins proche avec les personnes impliquées.

11. Comment voyez-vous la suite? Vous avez quelques dates à votre actif déjà! La scène, dans les mois à venir, pour promouvoir votre album est une priorité?

Nous pensons à une mini-tournée. Nous sommes à la recherche d'un management qui pourrait nous aider à réaliser cela. Nous avons plusieurs projets pour l'année 2008 qui restent à confirmer. Ce qui est sûr c'est que nous avons un festival prévu à Toulon pour le 21 juin. Sinon après l'été nous devrions partager la scène avec Ad Hominem, Nefarium, Artefact, Malleus Maleficarum et bien d'autres...
Nous préparons aussi le prochain album.

12. Je vous laisse conclure, les derniers mots vous appartiennent. Excellente continuation à vous!

Tout d'abord nous tenons à remercier toute l'équipe de La Horde Noire pour cette interview ainsi que les lecteurs qui s'intéressent à la scène Black Metal française, ceux qui viennent aux concerts et permettent au Metal Extreme de perdurer dans l'Hexagone.

SUPPORT YOUR UNDERGROUND !!!!

Caedes