La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

SACRIFICIA MORTUORUM

SACRIFICIA MORTUORUM_logo

Black metal, France

Juin 2010

SACRIFICIA MORTUORUM est un groupe français de Black metal nationaliste existant depuis 2000. Les deux âmes torturées de ce dernier se sont illustrées rapidement et positivement avec des albums commeMaturum Est,Damnatorium Ferum, mais aussi avec le split avec HORNA, une signature chez APPARITIA Recordings, ect... Je me devais de leur poser quelques questions sur leur Black metal si original et si personnel. Laissons donc Lord Arawn nous dévoiler ses obscurs projets...

1.Noires salutations à toi Lord Arawn ! Pour commencer, peux-tu me faire une brève biographie du groupe ? Quels sont tes autres projets ? Et ceux de Gothmog ? Quel a été l'élément déclencheur à la création de Sacrificia Mortuorum ?

SACRIFICIA MORTUORUM est né il y a un peu plus de 10 ans. A l'époque je n'étais qu'au chant, la musique étant composée par un autre membre avec qui j'avais quelques petits projets annexes(Gonfanon, Cythraul). Après la sortie de la première démo, il décida d'arrêter. C'est à ce moment que je me suis mis à composer et Gothmog, un ami de longue date m'a rejoint peu de temps après. L'idée majeure derrière la création de SACRIFICIA MORTUORUM reste la volonté de retranscrire nos diverses émotions à travers une musique personnelle et empreinte de pure mélancolie et haine envers tout ce qui nous répugne dans ce monde. Parallèlement à SM nous avions un projet du nom de TORECH UNGOL qui s'inspirait de l'univers de Tolkien mais ce projet est en sommeil depuis de nombreuses années et je doute qu'il soit réactivé un jour.

2.Votre dernier album en date (Damnatorium Ferrum) est assez différent du précédent (Maturum Est) bien que l'on vous reconnaissent immédiatement. Comment expliques-tu cela ? De quel(s) genre(s) te sens-tu le plus proche (sans vouloir absolument te coller une étiquette...) ? Quels sont tes influences au sein de la scène metal française ? Et internationale ?

Dans l'esprit,Damnatorium ferumn'est pas si différent queMaturum est; la chose qui les démarque est indéniablement le son, mais si on aborde l'aspect purement musical et structurel des compos ; on peut noter quelques similitudes. En fait depuis nos débuts nous sommes dans un cheminement assez lent qui nous a permis de nous créer une identité sonore je pense. Au fur et à mesure la maturité des compositions s'est mise en place. Cela ne veut pas dire non plus que j'apprécie moins telle ou telle de nos sorties ; Elles ont toutes contribuées à ce que nous réalisons dorénavant.
On me fait souvent la réflexion que lorsque l'on écoute un de nos enregistrements ; on reconnaît directement les sonorités du groupe. Je suis pourtant incapable de te dire précisément pour quelles raisons on sonne de la sorte. Lorsque l'on compose on ne se donne pas de ligne directrice, on se laisse guider par les émotions au moment où l'on joue donc ça peut partir soit dans des parties très épiques, comme dans du black plus traditionnel, froid et haineux ou alors dans des passages plus atmosphériques et mélancoliques. Je ne me suis jamais senti rattaché plus à une tendance qu'à une autre. La seule chose à laquelle je tiens c'est que l'on sache que nous sommes français et nous sommes attachés à notre culture. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons rapidement fait le choix d'écrire et vociférer nos textes exclusivement dans notre langue maternelle.

3.Quels sont les sujets abordés dans vos textes ? Histoire, culture et patrimoine français ? Paganisme, mort ou encore satanisme ?

En fait, on peut distinguer deux périodes depuis la création du groupe. Celle des deux premières sortiesDark hymns of waretIra melanoxqui correspondent aux balbutiements du projet. A l'époque il n'y avait pas vraiment d'identité propre. Les textes étaient en anglais et abordaient des thèmes tels que le paganisme, la guerre ou bien un hommage à la nature (avec une approche écrite très primaire). Tout cela sonnait assez cliché et était dû à l'emprise qu'avait sur moi des groupes d'Europe de l'Est tels que VELES, INFERNUM, GRAVELAND, GONTYNA KRY, etc... pour qui je vouais (et continue à vouer) un réel culte ; c'était une sorte d'hommage en quelques sorte.
Depuis l'albumLes vents de l'oubli, nous composons des albums dédiés à des concepts. L'un traitait de la vie de Gilles de Rais qui fut un personnage très intéressant à étudier ; il est une figure importante de notre Histoire et il semblait normal qu'on lui dédie un concept.
PourDamnatorium ferrum, le thème est celui de l'inquisition ; pour celui-ci nous nous sommes inspirés d'écrits ou faits qui se sont passés dans notre région. Les textes sont tous écrits par Gothmog depuis quelques années ; il a une plume très personnelle qui ne ressemble pas à d'autres ; tout est souvent suggéré et vicieux dans ses textes ; ils nécessitent d'être vraiment concentré sur l'ensemble de la composition pour être saisis entièrement.

4.Comment avez-vous réussi à signer sur APPARITIA Recordings ? Vous avez l'air de bien connaitre Noktu et DRAKKAR Productions ? Comment tout cela s'est-il concrétisé ? A quand un split SACRIFICIA MORTUORUM/CELESTIA ?

A vrai dire tout cela s'est fait facilement et naturellement. On se connaît depuis quelques années maintenant et depuis le début nous nous étions dit qu'un jour ou l'autre on collaborerait. Après la sortie deMaturum est, Noktu m'a proposé de concrétiser cette alliance et nous avons accepté. Le split se fera ; je ne peux pas donner de date car pour le moment, nous sommes dans la composition du prochain album qui lui, sera prêt pour début 2011 j'espère. Parallèlement à cet album nous allons donc préparer la partie pour le split.

5.Que penses-tu de l'association politique/metal ? Quel regard portes-tu sur la scène pagan/NS black metal ? Que t'inspires des groupes ou des associations telles que ABSURD, THE PAGAN FRONT, AD HOMINEM, la frangeBlood and Honordans les pays de l'Est... ?

Concernant SACRIFICIA MORTUORUM, nous n'avons jamais abordé de thèmes politiques dans nos textes et nous ne le ferons pas car ce projet ne nous sert pas à cela. Comme je te l'ai dit plus haut, j'ai toujours été respectueux des groupes d'Europe de l'Est et on ne se voilera pas la face concernant les idéaux de certains de ces groupes. Même si je ne partage pas certains des discours ; c'est surtout leur combat pour la mémoire de leur culture et de leur identité qui, pour moi, méritent le respect.

6.Comment l'idée d'un split avec les légendaires HORNA et un autre avec ARKHA SVA et LUGUBRUM est-elle devenue possible ?

Concernant le split avec HORNA, c'est Shatraug qui m'avait contacté après la sortie de notre démoIra melanoxqu'il avait apprécié et dès lors nous avons entretenu de très bonnes relations. Il évoqua rapidement l'idée d'un split et on accepta sans hésiter car j'apprécie énormément ce groupe.
Pour le second split l'histoire est un peu différente. Je connais un des membres d'arkha sva depuis de nombreuses années, il nous a soutenu depuis nos débuts. Je peux d'ailleurs t'affirmer que c'est une des personnes qui apprécie très sincèrement la scène UG française ; il ne le clame pas pour attirer l'attention gratuitement. A l'époque où on correspondait il était sans cesse à la recherche d'enregistrements deBlack Legionsou d'autres groupes de l'époque ; c'est une personne que je respecte.
Quand THOSE OPPOSED REcords nous a proposé de réaliser ce split j'ai donc accepté. Je dois juste avouer que concernant LUGUBRUM, je n'ai que très peu de connaissances à leurs sujets.

7.Parlons un peu format audio si tu le veux bien. Préfères-tu les bonnes vieilles tapes-démos, le vynil (qui reste pour moi le format le plus noble), le petit CD miroir ou les icones MP3 encore plus minuscules ?

A l'heure actuelle j'écoute la quasi-totalité des enregistrements en cd. Je possède une bonne collection de vynil et démos mais j'avoue en avoir acheter en moindres quantités ces dernières années bien que je sois d'accord avec toi concernant le format vynil qui reste vraiment le plus appréciable tant au niveau visuel que rendu sonore.
Quant au format mp3 ; je ne te cacherai pas que j'y suis très réfractaire. J'ai bien conscience que le fait de pouvoir écouter facilement et rapidement n'importe quel groupe sur le net peut paraître utile mais je reste vieux jeu par rapport à tout cela et je ne veux pas céder à cette facilité. De plus je ne conçois pas de pouvoir écouter un album sans avoir le support, quel qu'il soit, entre les mains. Ajoute à cela que la qualité mp3 est plus que médiocre et tu auras bien compris l'estime que je porte à ce type de « progrès » technique.

8.Sinon, quelles sont les derniers méchants groupes qui t'ont « botté le cul » en concert ? Quels sont les albums qui ne sortent pas souvent de ton lecteur ? Et au contraire, ceux qui prennent la poussière ?

Cela fait peu de temps que je retourne voir des concerts car il n'y avait plus grand-chose dans l'Est jusqu'à il y a environ un an où de petites structures réorganisent de très bons concerts en Moselle. J'ai pu voir Belenos il y a peu de temps et j'ai été impressionné par la performance. J'avais pu assister au concert d'IMAGO MORTIS avec CELESTIA (dont le dernier album comblera les personnes qui suivent le groupe)à Lyon, il y a deux ans environ et ce fut un concert vraiment mémorable ; une ambiance froide et un vrai rituel durant les deux prestations. Une autre bonne surprise fut ORTHANC en concert ; il se dégageait une telle puissance, c'était vraiment excellent. PESTE NOIRE reste un des groupes que j'écoute le plus souvent.

9.Que penses-tu de la scène black et death metal française ? Et internationale ? De son développement ? Aurais-tu des groupes UG à me conseiller ?

Concernant le death metal, je n'ai rien à en dire car ça ne m'intéresse pas ; j'en ai écouté mais je n'ai jamais été attiré par cette scène en général.
Concernant la scène black, il est clair que je regrette l'époque de gloire des scènes polonaises, russes ou ukrainiennes où chaque sortie correspondait la plupart du temps à un pur joyau. Dorénavant, il faut être beaucoup plus sélectif mais on a toujours de bonnes surprises. Les scènes allemandes, finlandaises ou françaises sont toujours très prolifiques et quand tu vois la qualité des albums de groupes tels PESTE NOIRE, WOLFSMOND, SALE FREUX, TOTENBURG, DARK TRIBE, VOQKRRE et d'autres... ça me conforte dans l'idée que l'esprit originel est toujours entretenu par quelques irréductibles.

10.Comment composez-vous ? Plus par amusement/délire avec une bière dans l'autre main ou au contraire, vous vous imposez une rigidité de travail à toute épreuve ? Comment vous répartissez-vous les tâches ?

Comme je l'ai dit plus haut pour les textes c'est Gothmog qui s'en occupe ; au préalable on détermine ensemble le concept que l'on va traiter.
Pour la musique je compose les lignes de guitares de base et on travaille ensemble pour les arrangements et la seconde guitare car ce qui fait la particularité de notre son, c'est la complémentarité des deux lignes de guitares. Quant à l'état d'esprit dans lequel on compose il suffit d'écouter la musique et comprendre ce qu'elle évoque pour deviner dans quelles circonstances elles ont pu être crées.

11.Merci d'avoir répondu à mes questions, et je te laisse conclure à ta guise.Dark art for the satanic elite!

Merci pour ton soutien et surtout ta patience.

Benphegor