La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Belphegor : Walpurgis Rites - Hexenwahn

BELPHEGOR - Walpurgis Rites - Hexenwahn

Nuclear Blast, 2009

Black / Death metal, Autriche

Album CD

Malgré son nom, cet album n'a pas été engendré une nuit de 30 avril pour annoncer le printemps, comme dans les anciennes croyances européennes : c'est en plein automne et à peine un an après la sortie de l'excellentissime \"Bondage Goat Zombie\" que Belphegor remet déjà le couvert. Pour autant, les mauvaises langues qui misent sur leur essoufflement en seront pour leurs frais, car dès le premier titre éponyme, qui démarre en trombe, on retrouve tous les ingrédients qui donnent une identité forte au groupe : un batteur (de cession) blaste à fond la plupart du temps, des riffs marteau-pilon death metal ou des plans ultra-rapides plus black metal répandent la peste sonore, l'alternance de voix death et black est fréquente et dynamique ; et enfin, une grosse production (signée Andy Classen) qui fait littéralement exploser les titres, même si le niveau de sortie est moins élevé que pour le précédent album. Et pour booster encore l'ensemble, le groupe a recouru plus que d'habitude à des plans thrash vitaminés, comme dans le cinquième titre, \"The Crosses Made of Bone\". On retrouve toujours des morceaux plus lourds, typés plutôt death metal, aux ambiances Morbidangéliennes, comme \"Der Geistertreiber\", le sixième méfait, au couplet basé sur la basse et le refrain sur une sirène d'alerte (voir le clip sur myspace). Pourtant, les mélodies ne sont pas négligées : de courtes plages de synthés approfondissent parfois certains riffs black, ou des arpèges sont présents, par exemple pour introduire ‘Hexenwahn – Totenkult', le dernier titre mid tempo de l'album. Cette volonté de faire la synthèse entre black et death metal est encore une fois très réussie, détrônant à mes yeux Behemoth dans cette démarche. Côté thématique et visuel, le blasphème dégouline toujours autant de cette pochette réussie, entre flamme et ténèbres. Et que les fines bouches qui perdent leur temps à dénoncer les « clichés » aillent se faire voir ailleurs ! Belphegor reste Belphegor car cette galette dédiée à la nuit des sorcières se situe dans la parfaite continuité de l'album précédent. Peu d‘innovations, donc, mais une parfaite maitrise de leur style. Nos Autrichiens sont sur une pente ascendante et plus rien ni personne ne semble plus les arrêter dans la conquête du premier rang des groupes de black/death sataniques.

Autocratôr - 10/10