DEICIDE : Scars Of The Crucifix

DEICIDE - Scars Of The Crucifix

Earache, 2004

Death metal, USA

Album CD

Pas facile de décrire un groupe autant décrié qu'adulé (par moi le premier) pour son extrémisme musicale et sataniste... En effet, le groupe ne fait absolument aucun compromis par rapport à la voie qu'il tracé depuis 1990, avec l'album « Deicide »; il semble formé d'un seul bloc, d'un seul souffle, à la fois imperturbable et débordant d'énergie. Sa politique semble être la suivante : une mauvaise pub restera toujours de la pub, car Deicide ne veut surtout pas laisser indifférent. Avec la fin de son contrat chez Roadrunner, on ne peut pas dire que Deicide change quoi que ce soit dans sa manière de faire; certes, certains albums avaient détonnés de par leur son (Serpents of the light) ou leur compositions plus ésotériques (Legion) mais le cap reste un death métal 100% satanique pur et dur. Et c'est du côté de ses albums qu'il faut aller chercher le Deicide nouveau : un son qui surprend à la première écoute, renouant avec Serpents of the light mais en moins rond, moins puissant... Dommage. Les titres ne révolutionnent rien non plus, le troisième « Conquered by Sodom » rappellent même un certain « Dead by dawn », et le septième « From darkness come » un « Slave to the cross »... Mais la machine à broyer du chrétien s'est mise en route et rien ne semble pouvoir arrêter le martyr de 28 minutes que vont souffrir le p'tit Jésus (représenté superbement sur la pochette) et ses adeptes égarés ; oui, Deicide fait toujours aussi court et aussi bourrin... Glenn Benton est toujours en grande forme, et appelle immanquablement au blasphème ses troupes, du moins à l'apostasie pour ceux rêvant encore d'un Paradis chimérique...Les soli étranges, parfois « punk » des frangins Hoffman résonnent toujours aussi bien, donnant un coté inhumain aux rythmiques tantôt lourdes, tantôt très rapides. Pas un classique comme « Once upon a cross », mais un Deicide fondu dans le bon moule, qui ne peut que ravir les adeptes. Une version limitée incluse une plage vidéo en bonus ; elle n'apporte pas grand chose, montrant juste successivement les 4 gars disant quelques mots, arborant fièrement tour à tour leur moto, leur flingue, leur tatoo et percing! Des gars normaux, non ?

Autocrator - 8/10