La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

NARGAROTH : Geliebte des Regens

NARGAROTH - Geliebte des Regens

No Colours Records, 2003

Ambiant Black Metal, Allemagne

Album CD

Ce quatrième album de NARGAROTH est une rupture par rapport au précédent Black Metal ist Krieg et tend plus vers une évolution de Rasluka Part II .
Après une introduction rituelle appelant la pluie avec un emploi assez intéressant de didgeridoo, vient l'orage que l'on entend gronder au loin. Apparaît ensuite les premiers riffs ivres de mélancolie, typique du Black Metal dépressif sans toutefois aller aussi loin qu'un XASTHUR ou encore un ABYSSIC HATE; ici l'ambiance est plus contemplative et désabusée que définitivement suicidaire. On peux facilement tenter un rapprochement de ce Geliebte des Regens avec le Filosofem de BURZUM (je pense particulièrement aux « Gebrechlichkeit »), assez similaires dans l'esprit et dans leurs constructions. On retrouve des compositions minimalistes qui gravitent autour de quelques riffs black mid-tempo funèbres, comme une torture répétée encore et encore... C'est un album blessant, anéantissant les joies et les rires au profit d'une tristesse maladive avec ces riffs lourds et écrasants, garant d'un très bon vecteur d'émotions. Mais de cette simplicité on en extrait une grande pureté, comme Kanwulf l'avait déjà fait avec « Seven Tears are Flowing to the River » ou « Amarok - Zorn des Lammes III » du précédent opus Black Metal ist Krieg . Il faut noter que le deuxième morceau « Manchmal wenn Sie schläft » est repris dans un version très (trop?) légèrement différente en pénultième position, conférant ainsi une certaine symétrie à l'album.
Certains se plaindront de la longueur, la répétition et de l'ennui qu'ils pourront ressentir lors des premières écoutes, mais rappelons-le, il s'agit d'un concept plus qu'un album auquel on pourrait discerner chaque morceau d'un autre. Il faut l'écouter dans son intégralité et sans coupures, c'est un album vivant qui a besoin de ruisseler, on ne peut pas le capter sans un minimum d'efforts, et qui se consomme assez bien dans de bonnes conditions d'écoute afin de pouvoir profiter de tout son potentiel.
Une mention particulière pour le packaging très soigné et très sobre tout comme les compositions: pas de poses ou de slogans clichés, Kanwulf semble cette fois faire preuve d'une grande maturité.

Cyril - 10/10