La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Enodre : Obscurity

ENODRE - Obscurity

Cruciatus Records, 2009

Black metal ambient, France

CD

Quand on fait de grosses commandes, on choisit souvent un ou deux CD au hasard, histoire de rentabiliser l'envoi. Ces CD, on les choisit parfois de manière tout à fait futile : si la cover nous plaît, selon le nom du groupe ou par pur hasard... A l'arrivée, ils peuvent s'avérer décevants, moyens ou bons. Et puis, il y en a qui nous émerveillent, qu'on ne connaissait pas l'instant d'avant et qu'on est tout joyeux d'avoir acheté.
Dans mon cas, c'est ainsi que j'ai eu l'album d'Enodre, 'Obscurity', entre les mains. Ce projet black-ambient, conduit par un seul musicien, m'était totalement inconnu. La couverture, mêlant nature, industrie vieillie et sobriété, m'a plu quand je suis tombée sur elle au détour d'une cyber-pénégrination. Je l'ai commandée sans savoir de quoi il retournait, et je n'ai pas du tout été déçu.

'Obscurity' se veut satanique, comme le montrent les titres des chansons : \"Touched by evil grace\", \"Demonic possession\"... On est pourtant loin du trve raw BM et des mixages pourris. Le CD s'ouvre sur une intro à la guitare : quelques notes gouttent, tandis qu'une longue lamentation se fait entendre. Cette lamentation ressemble aussi bien à des anciens sortant de la tombe qu'aux derniers hommes repris par la terre, lentement mais sûrement. L'auditeur se fera sa propre opinion. Ensuite, pour reprendre le mot de Baudelaire, \"tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté\". Certains morceaux sont joués au clavier, sans batterie ni guitare, constituant une sorte de pur voyage contemplatif et méditatif. Le second, surtout, est extrêmement lisse et bénéficie d'un mixage parfait qui le rend véritablement hypnotique. De quoi nous mettre en condition pour le mid-tempo BM du titre suivant.
Le CD alterne entre titres black et titres contemplatifs. Les premiers sont mid-tempo, linéaires mais pas ennuyeux. La B.A.R. est très bien programmée, les riffs se succèdent dans un ordre chaotique qui donne pourtant l'impression de se déployer de manière tout à fait cohérente. BM ou non, les morceaux ressemblent à une méditation qui se serait renversée sur elle-même, donnant au diable une présence charnelle, avant de retrouver la nature perpétuelle dans les parties contemplatives au clavier. Celui-ci est si bien mixé qu'on n'a pas l'impression d'entendre un clavier - ce serait plutôt une sorte d'instrument surnaturel, où quelques rares incursions de guitare acoustique se mêlent au clavier ou au synthé, de telle manière qu'on ne les en distingue plus.
Malgré sa simplicité et sa sobrité, 'Obscurity' nécessite plusieurs écoutes pour en tirer tout le sel. Les amateurs de mid-tempo y trouveront des titres parfaitement calibrés, à la fois calmes et violents, loin des milliers de bouses qui exploitent (encore) ces rythmiques. 'Obscurity' se fait la voix des bois immémoriaux, de la nature impensante et luxuriante qui recouvre petit à petit les orgueilleuses installations humaines, comme un tableau post-humain. Une obscurité qui risque fort d'exister réellement, un jour ou l'autre, rappelant que l'homme n'est pas éternel et que nos vies ne sont qu'un grain de sable dans les milliards d'années d'histoire naturelle. Longtemps après la mort de toutes les industries, de tous les humains, les arbres et la terre seront toujours là, et l'obscurité qu'est leur vie massive et diffuse aura triomphé de nous. Tel est le message qui transparaît dans 'Obscurity'. Pourtant, nul besoin de mots : la musique suffit à le comprendre et à le vivre, mieux que n'importe quel discours.

Mention spéciale au livret. Bien que spartiate, il est fait de très belles photos, tournant autour d'une fosse en béton et d'une vieille canalisation rouillée que les arbres et les plantes ont quasiment recouvert.
Plus subtil que la démo 'Eternal winter', plus varié aussi, 'Obscurity' est un album à découvrir d'urgence pour ceux qui souhaiteraient quitter un instant le rythme hallucinant de la vie moderne, afin de retrouver un instant, en esprit, la saine idée d'univers...

Geodaxia - 8/10