La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Frozen Darkness : Suprématie sataniste

Frozen Darkness - Suprématie sataniste

Ars Funebris Records, 2008

Black metal, France

CD-R

Adramor sévit de nouveau, avec cet album enregistré courant 2008. Ce nouvel enregistrement, très prometteur, est doté d'une aura incontestable. Suprématie sataniste a été tiré à 200 exemplaires en CD-R et 300 tapes. Le titre de l'album laisse évidemment présager le contenu des paroles (en anglais et français). Suprématie Sataniste ne fait pas de compromis. Pas question donc de s'y aventurer " pour le folklore ".

Pour peu que vous soyez amateur de black ambiant, vous vous sentirez certainement proche de la formation parisienne. Autour du noyau du groupe gravitent de très bons satellites. Je pense essentiellement à Fossoyeur, ingénieur du son, qui polit les enregistrements avec succès, en leur apportant un relief authentique. On est bien loin des albums factices, triturés dans l'espoir avorté de faire croire à l'auditoire qu'il s'agit d'un chef-d'œuvre orchestral.

Quoiqu'on en dise, le son de Suprématie sataniste se rapproche étroitement des compositions d'Enodre, projet solo d'Adramor (à tel point que je me suis emmêlée les pinceaux en écoutant le CD...). Là, rien de péjoratif. Il y a au contraire un peu de cette symbolique que j'affectionne, de ces messages tacites qui trouvent un moyen d'expression dans les murmures, les souffles intrigants et énigmatiques.

Lorsque les titres sortent de cette torpeur glaçante, ils s'aventurent dans une brutalité peu salvatrice pour notre santé mentale. Des déchirements, des appels à l'exaltation de la force de chaque individu convaincu de son pouvoir. Des images brumeuses, orageuses, nous traversent l'esprit. Des terres désolées, un ciel éternellement noir, des vallées enflammées...et les derniers survivants de la mascarade humaine.

Globalement, les créations d'Adramor demandent plus d'emphase. Un degré d'audace supplémentaire démarquerait Frozen Darkness de la foultitude de groupes qui, sous couvert d'être « UG », rêvent finalement de célébrité, et se contentent de suivre les pas de leurs aînés, perçus comme d'indétrônables modèles. Donc, pour évoluer, il faudra se mouiller davantage, oser, et ne pas se contenter de tâter l'eau du pied.

A l'arrivée, même s'il s'agit d'un album long, il nous vient l'envie d'en écouter davantage. Les yeux fermés... Frozen Darkness est paré à faire des ravages.

Myrha - 7,5/10