NECROWRETCH : Putrid Death Sorcery

NECROWRETCH - Putrid Death Sorcery

Century Media, 2013

Death old school, France

Full-length

ATTENTION ! Enfin le voilà, l'album tant attendu de NECROWRETCH. Pour ceux qui suivent le groupe dès le début, faut dire que les trois gaillards ne laissaient personne indifférent. Ils y avaient ceux qui criaient au scandale, critiquant le son pourri et les approximations des demos, et ceux au contraire qui criaient au génie, frappés par l'extrême morbidité qui émanait de leur musique (ya qu'a comparer les excellentes notes d' In Extremis et celles catastrophiques d'un Foedus Aeternus par exemple). Néanmoins, la sortie de leur EP Putrefactive infestation en avait réuni plus d'un, un véritable effet coup de poing qui propulsa nos Valentinois pour de bon. Quelle surprise ! Eux qui sortaient leurs prods chez Detest records (paix à son âme d'ailleurs, Jerry a malheureusement jeté l'éponge) finirent par être signés chez... Century media ! Qui l'eût cru ? Bien qu'enregistré en Aout 2012, ce Putrid Death Sorcery est sorti en février 2013.

La rencontre d'AUTOPSY et du Death suédois pour un Sabbat de sorcières cadavériques, tel peut se définir NECROWRETCH. La recette du groupe est la même, mais cette fois la marmite contenant l'infâme breuvage a explosée ! On est entrainé dans un univers glauque et morbide où chaque note suinte la mort. Des démons chantants des hymnes infernaux sur un charnier ! Les vociférations inhumaines de Vlad sont à glacer le sang, et dansent au dessus de ces tourbillons de notes et ces rythmiques froides terriblement efficaces. Les riffs quant à eux nous tranchent avec ces lames forgées dans un groove malsain digne de DISMEMBER et CARNAGE. Que dire également de ces leads glaciaux et ténébreux ? Ils pénètrent notre esprit à chaque apparition, comme sortis d'un film d'horreur. On aura droit également à des breaks qui rappellent sans conteste UNLEASHED, et une superbe intro à la basse sur Impious plague in catacombs qui fait délicieusement penser au Near Death experience de MASSACRA (sur Enjoy of violence ). En ce qui concerne les paroles, dégueulasses et morbides, c'est toujours celui que le groupe appelle « l'infâme Skullcrusher » qui y a contribué.

De l'écoute d'un tel opus on en ressort pas indemne. Tout ce qu'il y a de meilleur dans le Death se retrouve ici, des formules corrosives poussées à leur paroxysme. L'excellence de ce Putrid Death Sorcery bluffe littéralement et on peut dire que la renommée du groupe est amplement méritée. Pour parler en toute honnêteté, il s'agit là d'un des meilleurs disques que le Death n'ait jamais sorti.

Jo - 11/10