IMMOLATION

Immolation

Death metal, USA

mars 2003

Immolation est un des groupes les plus respectés de sa catégorie. Ils sont totalement intègres, bons musiciens, et évoluent d'album en album. Depuis leurs débuts avec 'Dawn Of Possession' en 1991 chez Roadrunner Records, Immolation a changé, le groupe s'est assombri, alourdi et a pris une incroyable assurance à travers des albums excellents, 'Here In After', 'Failures For Gods' et 'Close To A World Below' qui aura mis tout le monde d'accord avec un son incomparable. 'Unholy Cult', leur cinquième album, révèle un groupe sous son meilleur angle et les projette vers les sommets. Bob s'explique à Transit?

Que peux-tu nous dire de votre deal avec le label français Listenable ? Pourquoi ce label ?

On a connu Laurent de Listenable il y a quelques années et ça faisait un moment qu'on voulait travailler avec lui. Pendant qu'on était chez Metal Blade, Listenable s'est construit une grande carrure. Au même moment, on s'est amélioré en tant que groupe. Listenable est à cent pour cent avec nous et veut faire en sorte que tout se passe bien et il soutient le groupe? Laurent croit au groupe. Donc on est content que tout se passe aussi bien. 'Unholy Cult' est sorti il y a quelques mois maintenant et la plupart des chroniques sont positives.

Avec le recul, quelle est votre opinion sur cet album ?

Je pense que c'est notre meilleur album et aussi que c'est quelque chose de frais pour la scène. C'est très sombre et puissant avec un son unique. On essaye toujours de créer une musique intéressante et, avec 'Unholy Cult', on a fait quelque chose de mieux. Les chansons sont différentes. Chacune a son propre feeling. Certaines sont intenses et d'autres sont plus lourdes. Il y a plein d'émotion et plein d'atmosphères et c'est très diversifié et dynamique.

Immolation est présent depuis treize années? quelle est votre vision de votre carrière ?

On a fondé le groupe en 1988 et, pour nous, ça a toujours été de mieux en mieux, album après album. On a eu de grandes expérience à travers ces années : albums, tournées? Il n'y a vraiment rien d'autre comme ça ! On a toujours la passion et continue de créer de la musique. Après toutes ces années, on a l'impression que c'est seulement le début. Il y a un tel potentiel qu'on sait qu'on n'a pas encore atteint notre maximum. Notre musique est devenue unique et nous voulons avancer dans cette optique.

Penses-tu que vous êtes plus brutal, plus sombre qu'à vos débuts ?

On l'est totalement? mais en même temps je pense que notre musique est plus ouverte. On a gardé nos racines, mais on continue à ajouter certaines choses tout le temps.

Comment expliques-tu ça ?

On veut juste faire une musique sombre et lourde. On aime beaucoup de style de musiques différents, mais celle ci est la plus proche de nous. C'est très puissant. Comme quand tu entends quelque chose comme Slayer, 'Hell Awaits', pour la première fois, ou Metallica avec 'Ride The Ligthning'. Pour nous, ce sont des classiques et quand c'est sorti on était comme? " Woaw, putain, qu'est ce que c'est ? " ça te touche vraiment. C'est ça qu'on essaye de faire. On essaye de créer quelque chose qui te fait grandir. Quelque chose que tu n'as jamais entendu avant !

Comment expliques-tu votre persévérance ? Quels sont vos buts ?

Bien, comme je l'ai déjà dit, on sent qu'il y a plus de potentiel qu'on en a jamais eu. Je pense que 'Unholy Cult' a un son très neuf. Ça nous inspire pour le prochain album. On est ambitieux et très déterminé. A travers notre carrière, on garde juste les choses les meilleures : la musique, le support du label, les retombées des fans et de la presse, donc, pour nous, on va dans la bonne direction. On a peut être quinze ans de carrière, mais notre musique ne le montre pas. Je pense qu'on est au bord de ce que le black/death puisse être, et on veut avancer d'avantage.

Penses-tu que le fait d'habiter à New York influence votre musique? j'entends par là que c'est une ville qui est sombre et bruyante? comme votre musique ?

Ça joue bien sûr un rôle. Je n'ai jamais utilisé les choses qui on été faites, mais maintenant je vois différemment. Nous sommes, comme tu le dis, dans une partie du monde très bruyante, bien sûr, il y a des côtés sombres ici, mais il y en a partout ! Je pense qu'habiter à NY contribue a notre agressivité, ça aide notre côté intense? mais je pense que le côté émotionnel vient de nous, de la façon dont nous voyons les choses, les choses sombres autour de nous dans la société, dans le monde réel? comme nous sommes en général. Je pense que la diversité de NY aide aussi. Il y a tellement de gens différents ici et, musicalement, nous sommes chanceux d'être ici avec tout ce qui se passe, les concerts? Avec tout ce qui s'est produit ici à NY le 11 septembre, c'était vraiment une expérience d'être ici : ensemble, dieux et le mauvais. Je dis que ce qui s'est passé a juste amplifié nos sensations qu'on a eu quand on a écrit 'Unholy Cult'.

Que peux-tu dire sur le Xmass, tout ce que vous avez fait en décembre ?

C'était la folie. Les tournées de festivals sont grandioses. On a eu de très bons moments avec tous les groupes et les techniciens. Le public était très bon et parfois très intense. Ces publics ont été frappés par les groupes et ils nous l'on bien rendu ! On reviendra en Europe en avril/mai, on ne peut plus attendre. Pour le Xmass, on a joué en Allemagne plusieurs fois, quelques concerts en France, en Hollande, en Belgique? mais, la prochaine fois, on jouera dans plus de pays comme l'Espagne, l'Irlande, l'Ecosse, le Portugal, la Hongrie? ça va être une bonne tournée !

Qu'est ce que tu peux nous dire de votre prochain DVD ?

On travaille dessus ! On a filmé quelques shows de notre dernière tournée. On filmera d'autres concerts quand nous repartirons. On veut faire quelque chose de bien. On en est au tout début. On veut présenter le groupe le mieux possible.

Et pour le prochain album? vous avez des plans ?

On va commencer à travailler dessus bientôt. On aimerait bien le sortir l'année prochaine. On essaiera d'aller encore plus loin et de progresser encore une fois. On a pas mal d'idées et on va tenter de faire quelque chose de très spécial.

Lu dans TRANSITMAG, Franck Potvin