DIMMU BORGIR : Stormblåst (2005)

DIMMU BORGIR - Stormblåst (2005)

Nuclear Blast, 2005

Black Metal mélodique / symphonique, Norvège

Nuclear Blast

Ecriture ô combien périlleuse à entreprendre, que celle de la chronique de cette réédition de Stormblåst . Affectionnant tout particulièrement la première version de cet album culte, parue presque dix ans plus tôt, j'appréhendais quelque peu la sortie de cette nouvelle mouture. Bien qu'assez impatient de voir (ou plutôt d'entendre) le travail effectué par Dimmu Borgir pour rénover son chef-d'œuvre, le récent souvenir des derniers et peu glorieux essais du groupe tempérait largement mon ardeur. Les norvégiens allaient-ils s'en tirer avec les honneurs, ou une nouvelle fois céder à la facilité?

En premier lieu, le moins que l'on puisse dire c'est que Shagrath et Silenoz, leaders du groupe depuis sa formation, ont mis les petits plats dans les grands pour cette édition 2005. Alors que les deux têtes pensantes s'occupent de la majorité des instruments sur ce disque, c'est le batteur de renom Hellhammer qui martèle les fûts.
L'album, une fois de plus enregistré sous la direction de Peter Tägtgren, bénéficie d'une production tout simplement gigantesque, d'un son cristallin et très puissant, clairement à la hauteur des ambitions affichées par les norvégiens.
Sorti sous forme d'un digipack cartonné à la pochette qui, sans être parfaite, est loin d'être hideuse, Stormblåst propose en plus un DVD d'assez bonne facture, présentant le groupe en live lors de l'Ozzfest 2004. Même si celui-ci pêche par un relatif manque d'ambiance, on ne peut que saluer l'initiative du groupe qui, au moins, nous en donne pour notre argent.

Mais alors, qu'en est-il de la musique?
Difficile d'avoir un avis tranché sur la question: tout un chacun, de par sa sensibilité, verra midi à sa porte. S'il est une chose dont on peut être sûr, c'est que cet album est - quoi qu'en disent les vieux de la vieille - très loin d'être mauvais. Si on excepte le titre remplaçant Sorgens Kammer (supprimé de l'album pour d'obscures raisons de copyright) et la chanson bonus située en fin de parcours, la qualité des compositions, bien que connues par une grande majorité, impose le respect. Les splendides mélopées jouées au clavier et au piano, véritable ossature des morceaux, n'ont fort heureusement pour la plupart pas été évincées, et c'est avec une joie non dissimulée qu'on les redécouvre, tout juste sorties de leur cure de jouvence. Mais les incontournables classiques du groupe ne sont malgré tout pas transcendés: Alt Lys Er Svunnet Hen se trouve par exemple cruellement amputée de sa superbe introduction, et des chansons comme Broderskapets Ring perdent un peu de leur mélancolie originaire.
Certaines d'entre elles, cependant, prennent une ampleur nouvelle. Alors que le premier Stormblåst s'essoufflait quelque peu au moment de toucher à sa fin, c'est ici l'inverse: des titres tels que Dødsferd , ou encore Vinder Fra En Ensom Grav , sont littéralement magnifiés, et se teignent d'un nouveau souffle majestueux.

Le Stormblåst du XXIe siècle serait-il en fin de compte presque exempt de défauts ?
Malheureusement non, et malgré les intrinsèques qualités de cet opus énoncées plus haut, quelques tares viennent entacher le résultat final.
La production, qui fait pourtant la force de cette réédition, est paradoxalement sa plus grosse faiblesse. Alors que la clarté du son flatte la corne lors des premières écoutes, celui-ci finit par noyer les somptueuses mélodies dans un ineffable magma sonore. Il fallait bien sûr s'y attendre, mais on reste quand même déçu que le groupe, privilégiant la puissance brute à l'onirisme, efface en partie ce qui faisait le charme de l'œuvre originale.
Second point noir: alors que la présence de Hellhammer au poste de batteur laissait augurer du meilleur, sa prestation est au final bien décevante. Son jeu, au demeurant excellent, se trouve être fade et sans âme, et n'apporte strictement rien aux compositions malgré son incontestable technicité.

Finalement, mes craintes vis-à-vis de ce réenregistrement se sont bien vite estompées une fois la galette insérée dans mon mange-disques. Dimmu Borgir, puisant dans un passé qu'il reniait pourtant depuis sa percée commerciale, prouve qu'il est encore capable de grandes choses. Si ce nouveau cru reste sur beaucoup de points inférieure à la version originale, il a au moins le mérite de nous montrer que, malgré le succès et des albums dont la qualité chute inexorablement, le groupe n'a pas perdu son envie de bien faire. Un nouvel album studio est déjà prévu pour 2007, il n'y a plus qu'à espérer que Shagrath et sa bande continuent sur cette lancée.

Krieg - 07/10

Voici un objet qui devrait réconcilier les vieux fans de la période underground de Dimmu Borgir, avec les plus récents, recrutés après la percée commerciale du groupe en 1997 avec 'Enthroned Darkness Triumphant' : une réédition de 'Stormblast', leur deuxième album sorti en 1995. Cette nouvelle mouture, il a fait l'objet d'un nouvel enregistrement, et donc d'un nouveau son, avec Peter Tätgren et Hellhammer : si vous trouviez le son aux débuts du groupe un peu faiblard, vous pourrez redécouvrir cet album culte avec la touche puissante et crystalline du Dimmu Borgir actuel. Il faut savoir que les plus anciens membres ont toujours chié sur leurs premiers albums du temps ou ils faisaient partis de l'UG norvégien aux côté des Emperor, Darkthrone, Burzum, Satyricon, Ancient & co. Pourquoi avoir honte de cette période, alors qu'ils en reprennent l'aspect le plus controversé, c'est à dire les gros clichés sataniques avec leurs croix démesurées et leurs propos sur le Diable et l'Enfer ? A moins que tout cela ne soit que du marketing...De plus, ce CD est agrémenté de deux titres inédits à paraître sur le prochain album prévu pour 2006 (un seul titre disponible sur ce CD promo, mid-tempo et chiant...), pour rendre ce CD plus attrayant. Enfin, un bonus DVD inédit tiré du Ozzfest de 2004 est également joint au CD (absent ici aussi!). Pour ceux qui douteraient encore de l'aspect commercial de l'objet, sachez que tous les titres fournis dans la version promo sont tous coupés à la moitié...C'est bien connu, tous les chroniqueurs de métal sont des pirates, rippers et téléchargeurs en puissance...Ils ne méritent donc pas le respect de Nuclear blast. Difficile d'apprécier l'ensemble du contenu de 'Stormblast' ; une seule chose est sure : le nouveau son est bon!

Autocrator - 07/10