La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Judas Iscariot : Under the Black Sun

JUDAS ISCARIOT - Under the Black Sun

2006

Black metal, USA

Live CD

Voici donc cinq titres live de Judas Iscariot, enregistrés le 8 juillet 2000 lors du « Under the Black Sun Black Metal Festival » en Allemagne, et c'est par ailleurs la dernière prestation scénique du groupe. Ce CD limité à 300 exemplaires et numéroté à la main est en fait la réédition du vinyle édité chez Painiac Records en 2000. Il est difficile de dire si ce disque est bien un vrai produit Judas Iscariot (comme écrit sur le dos de la pochette), ou tout simplement un bootleg, tant les informations sont minimalistes et l'absence de label n'arrange rien.
Akhenaten étant l'unique pilier du groupe, il est accompagné à cette occasion par des amis et les non moins célèbres Kanwulf (guitares, NARGAROTH), Imperial (basse, KRIEG) et Butcher (batterie, MANIAC BUTCHER/AVENGER). Le faible set de 25 minutes est composé de différents titres issus des précédentes productions: ils démarrent avec « Babylon in Ruin » du premier album The Cold Earth Slept Below ... (initialement intitulé « Babylon »), puis on retrouve « The Black Clouds Roll under the Parapet of the Sky » de Distant in Solitary Night , suivie par « The Heavens Drop with Human Gore » de Of Great Eternity , ensuite « Spill the Blood of the Lamb » de Heaven in Flames et pour finir « Karmageddon », reprise de Herbstleyd , premier opus de NARGAROTH. Il est très intéressant ici de découvrir comment se comporte un tel groupe sur scène et je dois dire que j'en suis assez bien surpris. Certes, l'ensemble en ressort plus « crade », mais surtout plus haineux, plus cru que les productions studio. Apres avoir écouté cette galette très UG, on peut très bien imaginer Judas Iscariot comme un groupe à l'aise sur scène avec un public qui participe bien au rituel. Le dernier morceau « Black Eternal Winds » est lui radicalement différent, puisqu'il s'agit d'un très bon titre studio inédit mid-tempo assez long, et force est de constater que c'est dans cet exercice, parfois périlleux pour certaines formations, que Judas Iscariot excelle une fois de plus : les riffs mélodiques sont parfaitement choisis, la voix terrifiante et la rythmique hypnotique renforce la froide mélancolie ainsi que l'ambiance misanthropique qui s'en dégage. Seul petit reproche, la durée très (trop) courte de ce live, car on en demande encore.

Cyril - 8/10