LEVIATHAN : Split SAPTHURAN/LEVIATHAN

LEVIATHAN - Split SAPTHURAN/LEVIATHAN

Battle Kommand Records, 2006

Black Metal, USA

Split CD

Ce split réunit deux groupes qui ont quelques points communs : ils viennent tous deux des Etats-Unis, ce sont deux one-man-band, et surtout ils pratiquent tous les deux du Black Metal. Mais malgré tout leurs styles diffèrent quelque peu, ce qui apporte un certain intérêt au split.
La première partie est assurée par SAPTHURAN, un one-man-band dont je n'avais encore jamais entendu parler et qui est présidé par un certain Patrick Hall. Je n'ai pas été trop déçu par les 3 pistes de SAPTHURAN bien que je les ai trouvées un peu trop classiques. Elles sont réparties en deux morceaux entrecoupés d'un instrumental fait à la guitare sèche avec en fond le doux bruit du vent. Et lorsque le premier morceau débute on pense immanquablement à "Transilvanian Hunger", il en est de même pour l'autre. La batterie fait office d'une horloge où les secondes vont trois fois plus vite. Par-dessus cela s'ajoutent une guitare et une basse aux riffs mélancoliques, et une voix saturée et haineuse qui ne m'a pas vraiment convaincue. Et pourtant, malgré tous ces clichés du BM, SAPTHURAN a su capter mon attention grâce à ses riffs minimalistes, mélancoliques et poignants qui sont répétés jusqu'à s'ancrer dans notre tête. C'est donc un Black Métal classique qui nous est délivré sur cette première partie, mais de qualité.
Viens maintenant la partie que j'attendais le plus, LEVIATHAN ; et autant vous dire, ce one-man-band ne fait pas dans la dentelle ! Wrest, unique membre du groupe, a toujours autant d'inspiration, et c'est à se demander comment il fait ! Si vous cherchez un groupe de BM qui propose quelque chose d'original et de personnel tout en gardant un style propre à l'Art Noir, LEVIATHAN devrait vous intéresser. Lorsqu'il entre en scène pour une majorité du split (27 minutes sur 45), on sent qu'il y a quelque chose en plus. Le Black Métal tantôt hystérique tantôt mélancolique et dépressif de Wrest est en effet assez particulier et prenant. Le groupe arrive tel un bulldozer allant à 100 km/h qui écrase tout sur son passage. L'écoute de ce one-man-band n'est pas lassante car son créateur varie sur les tempos et la basse qui d'habitude est laissée de côté est ici un organe important, ce qui est appréciable.
Battle Kommand Records (le label de Azentrius de Nachtmystium) nous a donc livré un bon split qui offre l'occasion de découvrir la scène Black américaine, qui, avec des groupes pareils, a son mot a dire.

Choucroute - 9/10