La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

MÜtiilation : Sorrow galaxies

MÜTIILATION - Sorrow galaxies

End all life, 2007

Black metal, France

Album CD

Septembre 2007, d'étranges rumeurs circulent, un nouvel album de MÜtiilation est annoncé sur Metal Archives , cependant rien sur cet album, deux forums en parlent comme d'un bootleg, et enfin le site Dis-Order propose l'album en question dans sa distro.

Les rumeurs étaient fondées, MÜtiilation nous a bel et bien pondu un nouveau méfait.

Deux espoirs règnent dans les cœurs des fans de MÜtiilation depuis les deux derniers albums : l'un, que Meyna'ch retourne au son des deux premiers albums, qui sont aujourd'hui considérés comme incontournables ; l'autre est qu'il tourne définitivement la page et se réoriente dans une meilleure direction... Et étonnamment, c'est la deuxième solution qui sera choisie, au plus grand plaisir de tous.

La première chose qui frappe avant l'écoute du cd, c'est qu'il ne figure que 4 morceaux sur le livret, et chacun a une durée approximative de 10 minutes. Le seul morceau dans toute la sombre carrière de MÜtiilation a avoir une si longue durée était le splendide « Magical Shadow of a tragic past », et vu la lassitude que l'on éprouvait sur le dernier album après 4 minutes, on pouvait s'attendre au pire... L'album commence sur des voix sombres et inquiétantes, on entend les guitares du MÜtiilation, toujours aussi profondes et tristes, puis vient le fait le plus important de tout l'album et de toute la musique de Meyna'ch : l'arrivée d'une vraie batterie ! Alors que tous les autres albums étaient dotés d'une drum-machine horrible qui gâchait assez le travail, cette fois la batterie a été enregistrée par un réel batteur et pas en même temps que les autres compositions. Avec ça, plus question pour notre lépreux favoris de louper quoique ce soit. Les morceaux sont très sombres et très tristes, la voix quant à elle est beaucoup plus grave et étouffée que d'habitude, comme si Meyna'ch usait de ses dernières forces pour nous faire parvenir ses textes d'agonies, à faire frissonner les morts. Malgré la longue durée des morceaux, Meyna'ch ne lasse pas son auditeur, sachant joué de ses meilleurs tours pour nous stresser, usant parfois de deux guitares simultanément, ajoutant des voix et des passages aux synthétiseurs aux guitares, la composition est sans tâche et très dépressive. Les quatre morceaux se valent réellement même si j'ai une légère préférence pour les deux premiers, qui ressemblent assez aux premiers morceaux de Rattenkoning , mais en beaucoup plus langoureux et avec une vraie batterie. L'album se termine aussi froidement qu'il a commencé, l'auditeur ne sait pas vraiment où se mettre en sortant de cette immense mur de froideur qui tient bien son nom, cet album est un long voyage dans une dimension plus noire et plus triste que la mort.

Un album retournant, une nouvelle ère pour MÜtiilation, une ère de tristesse et de dépression, accompagnée d'une vraie batterie. On peut dire que Meyna'ch n'a pas bossé pendant trois ans pour rien, cet album est son meilleur méfait depuis Remains of a ruined, dead, cursed soul . Un grand pas dans la bonne direction, et un album qu'on n'est pas prêt d'oublier.

Jolly Jumper - 8,5/10