NEGURA BUNGET : Vîrstele P?mîntului

NEGURA BUNGET - Vîrstele P?mîntului

Code666 Records, 2010

Black atmosphérique, Roumanie

CD

Quel drame d'apprendre courant 2009 le split du groupe... Enfin pas un split au sens strict du terme, puisque les membres ont tous d'un commun accord décidé d'arrêter l'aventure après le réenregistrement de M?iastru sfetnic (sortie nouvellement intitulé M?iestrit chez LUPUS LOUNGE) sauf un... à savoir Negru, le batteur, qui a en fait, à l'insu de ses partenaires, décidé de continuer le groupe avec le line-up entièrement remonté, et ce très peu de temps après l'annonce du soit-disant split. Quoique rassuré de voir que les deux membres fondateurs évincés allaient sortir leur propre groupe, on pouvait bien se demander ce qu'il allait en être de ce nouvel album. Au départ, beaucoup de sentiments contradictoires : une musique excellente, mais qui sentait par moment le réchauffé. Et en fait, pas du tout, car même si on n'atteint pas l'excellence des deux précédents albums, le sale Negru a réussi à maintenir le cap. L'esprit musical, l'essence mélodique est toujours là, reconnaissable entre mille, tout est très familier dans les ambiances véhiculées et pourtant on a une œuvre complètement différente de ce qui a pu être fait auparavant, le groupe ayant accentué certaines nuances suivant les titres. L'aspect pagan est exalté, beaucoup de percussions et de magnifiques flûtes (certains passages rappellent les excellents groupes pagan basques ADHUR et ILBELTZ), toujours le xylophone, mais cette fois mieux mis en valeur, de l'acoustique, bref une ouverture notable à ce genre, allégeant considérablement l'aspect plus sombre de leurs compositions. Cette facette est quant à elle plus emprunte de relents symphoniques avec un synthé agréable et finalement discret, mais qui éloigne pour de bon le groupe du très crasseux et emprunt de terroir 'n crugulu bradului . Dommage dans un sens, mais NB a au moins ce mérite de ne pas se répéter. C'est épique et virevoltant, avec d'excellents riffs, des passages atmosphériques absolument immersifs tout en gardant sous-jacent la violence de leurs débuts. Un bon point, c'est d'avoir capté un chanteur qui a quasiment le même timbre de voix que le précédent, que ça soit en chant clair ou hurlé, ça permet surtout au fan de ne pas être trop déstabilisé (malin le Negru). La bonne idée a été d'inclure des titres absolument pas metal, histoire de fortifier les ambiances orchestrale et pagan, tout en gardant cet esprit transylvanien, mais attaqué sous un autre angle. L'album dure une heure, et pourtant arrivé à la fin, on a juste envie de le réécouter. Encore une fois, une perle.

Dr J. - 8,5/10