Deos

Deos, black / death metal, France

Black / death metal, France

Mars 2016

1. Hailz à vous ! Comme votre formation est relativement récente, présentez Deos à nos lecteurs SVP.

Jack (Chant / Basse) : Salut à vous la Horde Noire

Fabio (Guitare) : Ave !

Jack : Bien pour nous présenter un peu, nous sommes Deos, groupe qui navigue entre le death metal, le black metal (à l’ancienne) et quelques teintes de heavy metal. Le groupe Deos est né il n’y a pas longtemps. Effectivement, le 10 mai 2014 pour être précis, nous jouions Chez Drey ce soir-là. Deos est né des cendres d’un ancien groupe (Deos Invictum). A l’époque, nous étions 5 à jouer (je n’étais qu’au chant). Notre bassiste de l’époque n’avait pas pu faire cette date à nos côtés et c’est pourquoi j’ai pris la basse en main. Depuis, nous sommes restés sous ce format-là. On a bazardé toutes nos anciennes compos, changé d’accordage, de style de composition et de surtout de méthode de travail. Ca à porter ses fruits, puisqu'au bout d’un an et demi à peine, nous sortons notre première galette.

2. Au niveau conceptuel, d'où vient cette passion pour la Rome antique ?

Jack : Pour cette question, je laisse la place à notre ami Fabio !

Fabio : C’est une époque qui m’a toujours fasciné. De plus, en tant qu’Italien, je parle de mes origines au même titre que les Scandinaves parlent des Vikings !

L’époque Romaine est tellement riche d’un point de vue culturel, historique, humain, politique, militaire etc. C’est l’idéal pour avoir des sujets de chanson et en fonction du thème abordé la musique vient assez naturellement.

En plus c’est une thématique qui n’est pas souvent abordée mis a part par ADE et Ex Deo. D’ailleurs, c’est une passion commune que l’on a avec Maurizio Iacono (Ex Deo, Kataklysm). On s’est rencontré à plusieurs reprises et on a eu de bonnes discutions sur le sujet. C’est assez fun car on parle de Rome en italien en buvant quelques verres de vin rouge…

Pour en revenir au groupe, on peut dire que nous symbolisons assez bien la légion romaine car cette dernière était composée de volontaires venant de tout l’Empire un peu comme nous : il y un Romain, un Armoricain (un breton de l’antiquité), un Allobroge et un Belge (enfin un Ch’ti mais à l’époque c’était la Belgique).

3. Si vous deviez vivre sous l'Empire Romain, sous quel règne préfériez-vous ?

Jack : Je pense que j’aurai aimé l’époque de César, un minimum gradé bien entendu. Ainsi j’aurai pu peut être rencontré de célèbres personnages et écrire une page de l’Histoire avec l’un des plus grands conquérants. Sous Néron cela m’aurait plu, mais il fait franchement peur !

Fabio : Pour ma part, j’aurai bien aimé être soit aux cotés de Romulus lors de la fondation de Rome, soit conquérir l’Europe avec l’Imperator comme le disait Jack !

4. En tant que Savoyard, pourquoi ne pas écrire un titre sur les Allobroges ayant vécu sous domination romaine ?

Fabio : Pour cette question je laisse la place à notre ami Jack !

Jack : Peut-être bien qu’un jour on y songera, on a brièvement entamé le sujet dans Veni Vidi Vici (où l’on aborde la traversée des Alpes par César). Mais bon, il faut tout de même savoir que dans le groupe on a : un Italien, un Breton, un Ch’ti et un seul Savoyard (on dirait le début d’une mauvaise blague). Donc on peut chanter sur la région c’est sûr mais le fait de tous se retrouver à Annecy est plutôt dû au hasard. En plus, nos potes d’Allobrogia le font très bien !

5. Et au niveau musical, qui vous inspire ?

Jack : Tellement de choses à vrai dire. Nous avons tous notre passé musical. Pour ma part, il y a quelques années j’étais plutôt dans le monde Viking, avec mon ancien groupe Northern Lords. Pour le côté écriture de paroles, eh bien les grands événements qui ont marqué l’Ere de l’Empire Romain. Musicalement, je pense que l’on peut tous s’accorder sur quelques groupes tels que Emperor, Amon Amarth, Immortal, Ex Deo, Iskald, Dissection, Metallica, Kataklysm, Enslaved… En ce qui me concerne, je rajouterai volontiers les Pink Floyd (pour qui je voue un culte), AC/DC, Iron Maiden, les grands classiques somme toute.

Fabio : Il y a aussi la musique classique : Vivaldi, Paganini, Beethoven, Dvorak

6. Plus généralement, ne pensez-vous pas que le black metal est mort à fin des années 1990 ou ce style a-t-il toujours quelque chose à dire aujourd'hui ?

Jack : Je ne vois pas pourquoi de tels propos ? Pour moi, nous sommes dans une renaissance du black metal : il a su trouver différents chemins pour évoluer. On trouve de petites pépites un peu partout autour du globe. Et je trouve qu'au contraire c’est un style qui sait se renouveler sans cesse.

Fabio : Je ne pense pas que le black soit mort à la fin des années 1990... Disons qu’il est rentré dans une phase d’hibernation pour attendre le bon moment pour ressurgir. De toute façon l’histoire du metal en général n’est autre qu’une alternance de cycles qui reviennent tôt ou tard. Le black n’échappe pas à la règle.

7. Restons en Savoie pour parler maintenant de métal : avec quelques groupes méritent notre soutien selon vous ?

Jack : Je pense que beaucoup de groupes méritent que l’on s’intéresse à eux. A vous de voir dans votre travail d’investigation vers lesquels vous souhaitez vous tourner. Pour rester dans le local, je vous conseille vivement d’aller jeter une oreille sur le groupe The Abyss Order, un groupe de black metal dépressif annécien qui attaque tout juste (un an de formation) mais avec déjà une galette dans les pattes. Je ne pourrais pas en dire plus sans manquer d’objectivit, car j’officie dans ce groupe en tant que bassiste.

Fabio : Il y a un tout jeune groupe que j’ai bien aimé, c’est Ergotism. Nous avons fait une date ensemble à Chambéry ou la scène black est très active avec des groupes très très bons qui méritent tous d’être supportés ! Sinon, il y a aussi Fall Back To Zero avec qui nous avons joué a Annecy il n’y a pas si longtemps.

8. Vous avez déjà sorti un album de conception soignée : comment vous-y êtes vous pris ? Vous n'avez pas démarché de labels ?

Jack : Sans vouloir tirer la couverture, je me suis occupé de l’enregistrement de l’album. Nous nous sommes d’abord accordés sur les sons des deux guitaristes et de la basse, puis la batterie. Une fois que le tout était dans la boîte, je me suis amusé pendant quelques mois avec le mixage et le mastering de l’album. Muni d’un bon vieux bout de PC et beaucoup de patience, nous avons pu sortir cet album. J’avoue que c’est une fierté pour moi car c’est mon premier album commercialisé que je sors.

Pour les labels, nous nous sommes dits que pour le moment nous n’étions pas assez « gros » pour eux. Ils souhaitent pour la plupart une rentabilisation rapide (ce qui se comprend, c’est leur boulot après tout). Donc nous avons fait le choix de produire et de sortir notre album nous même. C’est aussi pour cela que c’est une fierté encore plus grande d’avoir été choisi par Rock Hard Mag, comme groupe du mois sur leur compil de Janvier 2016 !

En attendant, nous avons entamé quelques démarches pour trouver un distributeur et nous avons trouvé ! D’ici peu de temps notre album sera disponible autre part que sur nos concerts.

9. Je crois savoir que Deos ne va pas tarder à enregistrer déjà un 2ème album, peux-tu m'en dire plus ?

Jack : Effectivement, nous allons nous mettre à l’enregistrement de notre deuxième album d’ici quelques semaines. La plupart des morceaux sont déjà écrits mais il reste encore à peaufiner certains d’entre eux. Nous comptons prendre notre temps. Nous étalerons l’enregistrement sur plusieurs mois à cause de nos jobs et responsabilités familiales respectives. Pas mal de surprises sont prévues pour ce deuxième opus si tout se passe tel que prévu !

10. Aimez-vous vous produire sur scène ? Si oui, quelles sont vos prochaines dates ?

Jack : La scène, on adore en bouffer ! C’est vraiment ce qui nous transcende le plus d’ailleurs. C’est pourquoi nous avons souhaité renforcer notre côté visuel sur scène. On prend à chaque fois un pied d’enfer à jouer et je pense (sans vouloir nous vanter) que cela se ressent dans le public.

Pour les prochaines dates, rien de concret encore pour le moment, si vous avez des propositions, nous sommes preneurs !

11. Tradition oblige, le mot de la fin est pour toi (vous).

Jack : Merci à la Horde Noire pour cette interview, c’est une première pour nous ! Un autre webzine (Sud Américain) nous a contacté également, cela devrait se faire d’ici peu de temps. Nous sommes fiers de la tournure que prennent les choses pour nous !

Et comme nous aimons dire sur scène : Deos Sumus, Et Mortum Metalum Canimus ! (Nous sommes Deos et nous jouons du death metal !)

Stay Roman !

Fabio :Roma Victrix !

Atheos & Autocratôr