La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Gorgoroth : Pentagram

GORGOROTH - Pentagram

Embassy productions, 1994

Black metal culte, Norvège

Album CD

Lorsqu'on parle du Black Metal norvégien du début des années 90, toujours sont évoqués les grands classiques comme Mayhem, Darkthrone, Satyricon ou encore Burzum. Mais, bien trop souvent hélas, on omet de parler de Gorgoroth, qui fait pourtant lui aussi partie du fer de lance du mouvement Black Metal.
Formé en 1992, ce n'est que 2 ans plus tard que le groupe sort son tout premier disque, après la démo \"A Sorcery Written In Blood\".

Avec \"Pentagram\", le groupe s'est fendu de ce qui est pour moi une des œuvres les plus glauques et violentes que le Black Metal ait jamais connu. La haine qui se dégage de ces 8 titres d'une violence inouïe n'aspire qu'à une chose: vous mettre à genoux pour supplier qu'elle cesse!
\"Begravelsesnatt\": première chanson, et déjà première mandale en plein milieu de la figure. Rapide et extrêmement nerveux, ce court titre ouvre le bal des hostilités avec une ardeur démoniaque, quitte à perdre l'auditeur en chemin. Cette violence, bien mise en relief par la musique (guitares très puissantes et ultra-saturées, batterie en blast beat quasi-continu), est par ailleurs transcendée par les immondes vocaux de Hat, qui hurle tel un possédé: que la musique soit lente et oppressante (\"Ritual\") ou directe et brutale (\"Katharinas Bortgang\"), la haine qui se dégage de l'ensemble a réellement de quoi faire peur! Cependant, la musique jouée par le groupe reste finalement assez variée, et on ne s'ennuie pas une seule seconde.
Vers la fin du disque, on pourra aussi trouver, au beau milieu de cet amas de violence putride et malsaine, quelques passages \"ambiants\" (la toute fin de \"Maanesskyggens Slave\" notamment). Attention, il faut tout de même bien relativiser ce terme: Gorgoroth reste Gorgoroth, et ne s'amuse pas non plus à nous jouer du \"Filosofem\"!
La seule ombre au tableau est sans doute la faible durée du disque: moins de 30 minutes, c'est bien trop peu. On se consolera comme on pourra, en se disant par exemple que le groupe fera encore pire par la suite (\"Antichrist\" et ses ridicules 25 minutes).

Finalement, il me semble clair que Gorgoroth a atteint son apogée dès le premier album, tant l'écoute de ses successeurs peut sembler fade après s'être envoyé un tel monument dans les esgourdes: \"Antichrist\" donne l'impression de n'être plus qu'une version « aseptisée » de ce \"Pentagram\", et le selon moi très surestimé \"Under The Sign Of Hell\" paraît presque joyeux en comparaison. Vous l'aurez donc compris: si vous ne connaissez pas encore Gorgoroth et êtes désireux de découvrir le groupe, ou que vous voulez tout simplement vous défouler sur une musique haineuse à souhait, \"Pentagram\" se révèlera être un achat de premier ordre!

Krieg - 9/10