HIMINBJORG (2005)

Black metal, France

26/01/05

HIMINBJORG est dorénavant un élément incontournable de la scène extrême UG française ; avec cet opus clairement pagan métal dédié à notre continent, il mériterait même d'aborder plus profondément d'autres contrées... Mathrien D. (guit) et Zahaah (Basse/chant) dévoilent pour la deuxième fois leurs motivations et leur art noir dans nos pages...

1.C'est déjà la cinquième offrande de HIMINBJORG avecEuropa; toujours cette aura historico-païenne qui flotte, comme sur le précédent méfait...

Zahaah :Je dirais purement païenne, comme sur tous les autres d'ailleurs...

2.Vous passez de la mythologie nordique à celle plus générale de l'Europe, avec ce titre éminemment grec ancien, nommant de la fille illégitime de Zeus... Une pièce archéologique illustre même la pochette. Précisez-nous donc quelles références littéraires et/ou artistique qui ont présidé à son écriture...

Zahaah :Nous ne nous intéressons pas à la fiction historique ou artistique. Nous jouons franc jeu au niveau de ce que nous mettons dans nos morceaux, c'est notre vie qu'il y a là dedans, que signifie être indo-européen aujourd'hui ? Peut être essayons-nous de répondre à cette question. Il n'y a pas lieu de s'inventer des décorums mythologiques à outrance pour raconter des histoires imaginaires. En ce qui concerne l'Europe le combat se déroule ici et maintenant, encore faut-il le percevoir... Nous parlons de l'Europe et ça peut passer du récit de nos expériences spirituelles, au chant de nos peines, en passant par la plaque de bouclier sur notre pochette antérieure à l'ère chrétienne et trouvée dans le sol Gallois ou par des photographies de la région où nous vivons...

Mathrien D. :Pour ma part, je ne fais que très rarement référence à des œuvres littéraires ou historiques. Je préfère favoriser ma propre expérience, mon vécu. C'est selon moi plus palpable.

3.Un gros travail a été fait par Zahaah sur les voix, car il allie et double chant clair, cris black traditionnels et chœurs graves de manière surprenante et régulière...

Mathrien D. :Effectivement. Peux de chanteurs offrent une telle variété. C'est certainement le reflet d'une vaste culture musicale mais aussi d'un certain besoin et désir d'exprimer différents sentiments, différentes couleurs...

Zahaah :Effectivement, pour moi la musique doit être le reflet de la vie, colorée, sombre, paradoxale, changeante et éternelle... Riche et variée.

4.Cet album est très varié : acceptes-tu que l'on dise qu'il s'agit d'une synthèse avec les débuts du groupe et le dernier méfait que constitueGolden Age?

Mathrien D. :Il s'agit là d'un "pitch" qui colle à la vision que l'on peut avoir de cet album lorsque l'on connaît nos précédentes réalisations. Nous avons évolué avec les années , notre musique étant le reflet de nous même, son évolution a suivi également, naturellement...

Zahaah :C'est vrai on y retrouve tout ce qui a fait la musique d'HIMINBJORG à un moment donné, époqueHaunted Shorescomprise ; c'est la musique que nous aimons et ça c'est fait naturellement et c'est encore plus puissant ainsi.

5.Utilisez-vous certaines tonalité folkloriques pour que la musique rejoigne à ce point "l'âme" de cet album ?

Mathrien D. :D'une manière générale j'ai envie de dire que nous n'utilisons pas "pour", mais nous utilisons "parce que". Le choix de telle ou telle sonorité est rarement déterminé dans un but précis ou même réfléchit. Il s'impose et est spontané, le résultat jaillit ensuite. Il arrive que nous soyons déçus, dans ce cas là nous essayons autre chose. Nous créons davantage en testant qu'en calculant à l'avance...

6.Vous êtes restés chez ADIPOCERE : finalement, vous y êtes un peu comme à la maison ?

Zahaah :Il y à des gens que j'apprécie et Christian en fait partie. ADIPOCERE c'est un peu le métal à la campagne et moi la campagne j'aime ça !!!

Mathrien D. :Nous avons trouvé en la personne de Christian un soutien solide. Il nous aide à chaque occasion et c'est appréciable. En outre, la proximité géographique joue énormément. Pour avoir travaillé avec le label Américain RED STREAM pendant de nombreuses années, je peux te dire qu'il n'est pas simple de bosser lorsque des milliers de kilomètres te séparent de ton label. Surtout qu'à l'époque, internet n'était pas développé comme maintenant. Il fallait tout faire suivre par courrier, passer des heures à mal se comprendre au téléphone. Enfin, je me sens mieux chez ADIPOCERE qu'ailleurs pour l'instant. Ils sont pros et pas prise de tête.

7.HIMINBJORG est le premier groupe à se faire connaître hors de Savoie en France : vaut-il mieux taire ses origines françaises pour "percer" un tant soit peu à l'étranger ? Ou le professionnalisme de ADIPOCERE compense ce que certains esprits chagrins (ou au contraire, trop réalistes?) qualifient de "tare"...

Mathrien D. :Bon, déjà nous ne sommes absolument pas Savoyards malgré les idées reçues. Notre local de répétition se trouve effectivement en Savoie mais ça s'arrête là... Nous sommes originaires de l'Ain, plus exactement du Bugey, je dirais même précisément du Valromey. Nous n'avons jamais passé nos origines sous silence. Bien au contraire, nous y faisons constamment référence dans nos morceaux, nous en sommes très fiers. Personnellement, c'est dans cette nature que je trouve les réponses à beaucoup de questions. Maintenant, il me semble plus qu'évident que, si tu veux faire un truc plus ou moins mainstream dans la scène métal mondiale, être français est une tare quasi incontournable. Les autres pays ne prennent pas les français au sérieux en tant que musiciens. Mais en ce qui concerne HIMINBJORG, le problème ne se pose pas car nous ne visons pas un public "large" ne serait-ce que du fait de certaines de nos idées qui ne correspondent pas à "la bonne pensée collective"... En outre, je ne pense pas que le fait d'être français soit pénalisant au sein des milieux underground dans lesquels gravite HIMINBJORG.

Zahaah :Nous n'avons jamais eu ce complexe là, notre premier contrat s'est fait sur un label américain et aujourd'hui nous recevons pas mal de propositions de concert venant d'Allemagne. Je pense que le gros du problème vient du fait que les labels français comme tout autre entrepreneur français d'ailleurs pensent trop "national" et pas suffisamment "international".

8.Certains membres officient dans d'autres groupes : dévoile-nous leurs divers engagement "métalliques" : CRYSTALIUM, etc.

Mathrien D. :Anton, notre autre guitariste, joue également en tant que guitariste dans CRYSTALIUM et a aussi son propre projet de death technique et brutal HATE SUPREMACY. Le premier album de HATE SUPREMACY sorti chez SACRAL est d'ailleurs vraiment excellent, il vaut le détour. Le deuxième est en préparation et devrait voir le jour prochainement...
Kah est également à la batterie dans HYSTERIA, groupe de death lyonnais duquel j'enregistre le premier album très prochainement. Il tape aussi dans ETERNAL, un autre projet de brutal death assez puissant et professionnel qui vient de signer sur le tout nouveau label du Canadien Lary Lava qui se nomme SINISTER SOUNDS. J'ai produit leur premier mcd, jetez donc une oreille à l'occasion...

10.Mathrien, es-tu toujours par monts et par vaux, un coup enregistrant un groupe, une autre fois faisant l'ingé-son au cours d'un concert ? Qui a enregistréEuropa? Le studio Andromède, c'est à dire le tien ?

Mathrien D. :Effectivement... Je cours pas mal... Je me suis séparé de mes ex associés des Studios Anromède pour poursuivre mon chemin seul. Ils n'entraient de toute façon aucunement en jeu concernant les phases d'enregistrement à proprement parler. Ce n'était que des associés sur le plan business. L'entité Studios Andromède a donc cessé d'être. Cependant je suis toujours là avec mes machines et je continue mon activité seul. J'ai enregistré et mixéEuropa. Je me suis adjoint l'aide de Yogi, ingé-son de VADER, pour les prises de son. Mais, avec du recul, je ne sais pas trop si c'était une si bonne idée... Enfin...

11. Vous aviez joué en tête d'affiche pour notre cher brutal festival de TRANSIT en septembre 2004 : un bon souvenir du public suisse, qui lui, semblait subjugué ?

Mathrien D. :Ma foi oui... Tout s'est très bien déroulé. J'en garde un souvenir excellent, à renouveler dirons nous...

Zahaah :C'était très... chaud comme ambiance ! Merci aux organisateurs et au public suisse pour cet accueil !

12.Coté merchandising, deux albums ont été réédité en un... N'est-ce pas un peu tôt ?

Mathrien D. :Non. Certains rééditent au bout de deux albums, même au sein de notre propre label... Nous en sommes au cinquième. Et il y a aussi des problèmes d'approvisionnement et de contrats avec RED STREAM. Enfin, je ne vais pas me justifier. Certains aiment les tapes limitées à 66 copies, nous rééditons des albums de qualité.

13.Déjà des idées pour une prochaine production?

Mathrien D. :Enormément, mais pas d'empressement...

Zahaah :Ouais, on va vraiment prendre notre temps !

14.Qu'aurais-je oublié de vous demander ?

Mathrien D. :Alors là, tu me poses une colle... ???? En tous cas merci.

Zahaah :Euh de te filer du blé !?[Ouais, tiens ! Pourquoi pas, après tout ? NDR]
Merci pour cette interview !

Autocrator