La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Darkthrone : Frostland Tapes

DARKTHRONE - Frostland Tapes

Peaceville Records, 2008

Death metal, Norvège

Coffret 3 CDs

Bonne nouvelle pour tous les fans de Darkthrone première époque : Frostland Tapes est sorti ! Peaceville Records a eu la bonne idée de sortir ce coffret 3 Cds regroupant, ni plus ni moins, les quatre démos du groupe ! Et ce n'est pas tout... Plus besoin maintenant de chercher désespérément ces démos éparpillées sur de multiples bootlegs (comme par exemple The True Legends in Black ), elles nous sont toutes servies dans ce beau coffret très soigné. Car oui, l'objet en lui-même est réussi, très sobre, avec une photo du groupe encore jeune, sans maquillage et tout ce qui va avec. Et oui, le coffret retrace l'histoire du groupe de 1988 à 1991 et nous plonge dans la genèse de Darkthrone , toutes ces années de travail qui aboutiront à Soulside Journey , puis à un Goatlord instrumental. Et le mot travail n'est pas superflu, au fil des années on ressent les progrès faits par Fenriz et sa bande, dans le but avoué d'enregistrer un album (objectif largement réussi pour le coup !). Tout cela est raconté par Fenriz et Nocturno Culto eux-mêmes dans le livret. On y découvre toutes les influences qu'avaient les deux compères à l'époque : tout le métal extrême des années 80, du death, un peu de heavy, une once de punk, mais surtout du death ! Et cela s'entend !

Première démo : Land of Frost , 1988. Bon, autant le dire tout de suite, l'intérêt est purement historique, comme pour beaucoup de grands groupes. C'est très primaire, les riffs sont simples et ne retiennent pas tous l'attention. Cependant une bonne ambiance poisseuse s'en dégage ; certains riffs ne sonnant pas death y sont pour beaucoup. Donc pas de quoi fouetter un chat, attendons la suite...
La même année 88 sort la deuxième démo : A New Dimension . Nocturno Culto arrive à la guitare et le groupe gagne énormément sur tous les points. Il n'y a qu'un seul morceau de neuf minutes. On dirait que la technique a été décuplée en peu de temps (un peu plus de 6 mois séparent les deux démos), le son est bien meilleur mais reste \"nécro\" à souhait, un death/thrash de très bonne qualité avec changements de tempi à gogo. Excellent.
L'année suivante Darkthrone récidive avec Thulcandra (voir The true legends in black ). Il n'y a pas grand chose à rajouter à ma chronique précédente, mais je vais insister sur la qualité du son. Pour Thulcandra , le groupe a enregistré avec le studio portable du bassiste Dag Nilsen et a trouvé un son brut et sale où l'on distingue parfaitement tous les instruments. Le groupe a un son très organique qui caractérise en fait tous les enregistrements de ce coffret et qui fait son charme. C'est pour moi la meilleure démo juste avant A new Dimension .
Toujours en 1989 sort la dernière démo de Darkthrone : Cromlech , celle qui leur permettra de signer avec Peaceville Records. Et pourtant on accroche moins que les deux précédents, la lassitude s'installe. Les riffs sont plus lourds et manquent d'inventivité et d'efficacité. C'est en tout cas, à mon goût, ce qui affecte les deux premiers morceaux. Et c'est bien dommage car le troisième et dernier morceau est lui très bon et installe les riffs plus sombres et plus mélodiques qui caractériseront Goatlord.

Bon bah voilà, les quatre démos ont été décortiquées, et pourtant ce n'est pas fini. On peut dire que ce coffret n'est radin en bonus. D'abord deux morceau (un live et un studio) rares enregistrés en 1989, puis un concert de 1990 au Danemark, et enfin la fameuse version instrumentale de Goatlord de 1991.
Evidemment le son du concert n'est pas génial mais ça va encore. Le problème est qu'on s'ennuie pas mal à l'écoute. Sur les 7 titres seulement 2 ont su capter mon attention. Les changements de tempi se ressemblent trop et sont prévisibles. Il est intéressant d'entendre le groupe sur scène à cette époque, mais la sauce ne prend pas.
Heureusement qu'il y a Goatlord pour nous consoler ! C'est une excellente initiative que de l'avoir mis à notre disposition sous ce beau format, il le méritait ! Les riffs purement death prennent congé, on garde les rythmes effrénés avec plus de mid-tempi, l'écriture est très mélodique et plus sombre : le groupe a encore évolué. On est dans un dark/death technique de très haute fracture où le groupe est tout à fait à l'aise et où ses membres ne font qu'un (bien légitime puisque c'est une répétition) et se complètent. En effet il n'est pas rare qu'il y ait 3 voix différentes, l'interaction entre les musiciens est beaucoup plus importante que sur les autres enregistrements. Chaque morceau a sa propre construction, sans schéma type, les variations de tempi sont moins prévisibles : il n'y a pas un moment où l'on s'ennuie, c'est le genre de disque qu'on ne peut pas arrêter en route.

Voilà donc un excellent coffret qui fera le bonheur de tout grand fan de Darkthrone , qui montre comment s'est construit ce groupe avant de marquer le monde du Black Métal avec A blaze in the northern sky .

Choucroute