CALDERA

Caldera

,

Juin 2008

Caldera vient de sortir un premier full-length qui fera date! Formé à Nancy au début 2001, le groupe a tout d'abord pris le temps de ne pas brûler les étapes: il leur faudra 3 démos avant de se lancer dans ce "Mist Through Your Consciousness". Le résultat est là: une œuvre complexe et complète, qui demandera de nombreuses écoutes à l'auditeur... mais qui se révèle être à des années lumières de toutes ces formations "formatées" et de leurs albums prêts à consommer! Cette interview s'est rapidement imposée, en voici le résultat!

Salut les gars! On va commencer par le commencement, tant qu'à faire... Pouvez-vous nous présenter le groupe, pour ceux qui ne vous connaisse pas encore? Vous avez manifestement eu quelques problèmes de line up, vous pouvez nous en dire plus?

Christophe : Alors Caldera est né en septembre 2001, le line up original est composé de Claude (guitare), Kristin (batterie), Fly (basse) et moi même à la guitare. Caldera a toujours composé ses morceaux de manière instrumentale, même si nous avons tenté l'expérience avec un chanteur sur notre deuxième démo.... nous avons donc sorti 3 démos Bison Skull, Holy Word To Unholy Species et Caldera qui allait annoncer la couleur de notre album 'Mist Through Your Consciousness'.
En ce qui concerne notre line up, je ne parlerai pas de problèmes, mais tout simplement d'une évolution dans la mesure ou Kristin a décidé de quitter le groupe pour se concentrer sur sa vie personnelle et professionnelle. Je tiens à souligner le fait qu'il n'y ait aucune animosité la dessous...

"Mist Through Your Consciousness", si on m'avait dit que j'allais écouté autant de fois votre album: incroyable! Quels sont les retours que vous avez eu jusqu'à présent? Je n'ai pas eu l'occasion d'écouter vos démos, cet album est-il dans la continuité de ce qui a été fait auparavant?

Merci !
Alors pour ce qui est des retours, sans prétention, je peux t'affirmer qu'ils sont excellents, les remontées que nous envoies les labels sont très bonnes, les webzines et mags papiers nationaux ont énormément apprécié l'album, il en est de même à l'étranger que ce soit chez nos voisins allemands, suisses, espagnols, italiens... les gens semblent vraiment apprécier notre album.
Nos trois démos sont différentes les unes des autres, Bison Skull était plus dans un registre 'stoner' jonchée de riffs monolithiques et puissants, Holy Word To Unholy Species mettait plus en avant notre 'attirance' pour le côté heavy et doubles guitares... et comme je le disais un peu plus haut notre dernière démo annonçait la couleur de l'album, elle synthétisait parfaitement notre évolution...et ce vers quoi on voulait arriver....

Pour avoir eu quelques discussions de vous avec des collègues, il apparaît (pratiquement) toujours le même « processus »: la première écoute de votre full-length n'est pas ce que l'on pourrait appeler une révélation, il y a ces influences qui semblent trop présentes... et puis il y a cette « seconde chance », on réécoute l'album, et au final, plus on l'écoute, plus on l'apprécie à sa juste valeur!! Était-ce « volontaire »? Risqué d'offrir au public un produit qui ne se « consomme » pas immédiatement et qui mérite de nombreuses écoutes...

Oui c'est une démarche tout à fait volontaire...
Nous avons placé dans l'album énormément de 'surprises' et quelques clin d'œil'
Tout l'album se coupe et se recoupe, il y a énormément de serrures dans cet album et chacune d'entre elles possède une clé ... si l'auditeur s'en donne la peine celle-ci se révèle à lui et il peut ainsi progresser à sa manière, au grès de ses envies sur l'album
Mais il n'y à aucun chemin tout tracé, tout ce parcours initiatique dépend de chacun, de ses expériences, de ses goûts et envies...Cet album fonctionne en quelque sorte comme le miroir de la vie...
De notre côté nous sommes tous les quatre de gros passionnés de musique et nous écoutons énormément de groupes...force est de constater que les albums qui nous ont le plus marqués ne sont pas ceux qui se sont dévoilés et digéré le plus 'facilement'....

Comment réagissez-vous lorsque l'on vous compare à des groupes comme Pelican ou encore Capricorns? Cette scène que l'on appellera par commodité « postcore » fait de plus en plus d'émules... Vous sentez-vous affiliés à cette scène?

Soit !
Que veux tu que je te dise...les gens mettent ce qu'ils veulent derrière notre musique ou la musique en général, nous avons orienté l'album d'une certaine manière sans vouloir coller le moins du monde à telle ou telle scène ou tel ou tel groupe....
Après tout c'est l'auditeur qui décide et se fait son point de vue, nous avons notre discours sur notre album.
Maintenant à défaut de partager les rapprochements faits avec Pelican ou Capricorns on est tout de même flattés dans la mesure où ce sont tous les deux d'excellents groupes...

Concrètement, et en détail, comment se passe le processus de composition chez vous? Il y a un (putain de) travail au niveau des arrangements: quelle fluidité! Il vous faut beaucoup de temps pour tout mettre en place?

Merci !! Nous composons chez nous, à la maison, ensuite nous assemblons, travaillons et retravaillons tout ça tous les quatre en répète... les morceau ne sont pas rapidement figés et considérés comme achevés.. c'est même tout le contraire, les morceaux sont énormément 'retouchés' avant d'être considéré comme bouclé.
Le travail sur les arrangements a été énorme, et est toujours une priorité dans caldera...
Pour Mist Through Your Consciousness' nous avions une idée très précise des sons et de la manière dont on voulait que l'ensemble sonne... nous n'avons rien négligé, rien du tout, tous les instruments on été traités à armes égales, de son côté Serge (Morattel) a réalisé un travail magnifique, il a cette faculté à comprendre immédiatement ce vers quoi tu veux arriver...on allait tous dans la même direction, et je pense que cela s'entend et surtout se ressent sur l'album.

C'est l'incontournable Serge Morattel qui s'est occupé de vous! Fidel à lui-même, il a encore fait quelque chose de grand! Comment êtes-vous arrivés à travailler avec lui? Vous avez fait masteriser votre galette par Nick Zampiello. J'ai vraiment cette impression que, depuis quelques mois, ça fait un peu carte de visite de se faire mixer et/ou masteriser par untel outre-Atlantique, qu'en pensez-vous?

En fait on est arrivé à travailler avec Serge en toute logique, on connaissait le travail qu'il avait fait notamment avec Knut...
Kristin qui connais bien Roderic (Knut) avait eu l'occasion de bien discuter de tout ça...on est donc rentré en contact rapidement avec Serge, on lui a envoyé démos et maquette de l'album qui l'ont séduit... il s'est montré très intéressé et hop la machine était lancée
par ailleurs la proximité géographique avec la Suisse a également facilité les choses...
Notre démarche ne s'inscrivant dans une logique du paraître, nous n'avons une fois pas décidé de travailler avec Serge et Nick pour faire une belle carte de visite, on appréciait énormément leur façon de modeler et façonner le son des groupes, on voulait tout simplement associer nos idées précises à leurs talents et leurs touches personnelles.
Le résultat : 'Mist Through Your Consciousness'
nous en sommes ravis !

Concernant votre/vos label(s) (à savoir les excellents, et je pèse mes mots, Atropine Records et RadarSwarm), comment s'est passé votre deal? Un (seul) label ne vous suffisait pas?!

C'est eux qui nous ont contacté et se sont montrés volontaires pour sortir 'Mist Through Your Consciousness', et nous les remercions chaleureusement !!!
Là encore le deal s'est passé de façon très simple, Johan et Pierre sont tous deux très disponibles, professionnels et transparents, leurs démarche et conditions étaient très claires, leur état d'esprit correspondait tout à fait au notre.
Quant à la coproduction de l'album c'est une idée qui émanait d'eux... il n'y avait pas de volonté particulière de notre part à ce sujet.

J'allais suivre bêtement mon plan d'interview « type » en vous demandant de quoi parle vos textes: quel con... Pourquoi ce choix d'évoluer dans un univers totalement instrumental? Vous avez eu pendant un temps un chanteur. Qu'en est-il à présent? Est-ce une option à laquelle vous (ré)envisagez?

Comme je te le disais en début d'itw, nous avons toujours composé les morceau sur un versant 100% instrumental, les rares fois où il y a eu du chant, il avait été 'greffé' dessus, j'entends par là que jamais une ligne de voix ou une idée textuelle a servi de base dans le processus de composition...
Pour nous il est spontané de composer des morceaux instrumentaux... maintenant nous avons déjà eu des idées de placer du chant ça et là... mais rien ne s'est jamais concrétiser...dans tous les cas le chant est à considérer comme un instrument à part entière, même minimaliste il mérite la même attention que le reste; comme on ne veut rien délaisser ni bâcler...
Quoi qu'il en soit rien est figé, et nous allons peut être en incorporer dans notre nouvel album, sur lequel on a déjà commencé à travaillé... on verra bien.

Comme je l'ai dit supra, il y a toujours à un moment ou un autre un déclic en ce qui concerne votre musique, pour ma part ç'a été ce concert au Sonic avec les Llorah (RIP) et les incontournables Year of No Light! Vous avez captivé l'ensemble de la péniche, on a failli tous coulé, entraîné au fin fond par vos ambiances hypnotiques! Ça faisait un petit moment que vous n‘étiez pas montés sur scène, privilégiant l‘écriture de votre album. Est-ce un moyen d'expression important pour vous? Vous aviez quand même chopper de sacrées dates (ouverture de Mastodon ou encore de High on Fire), sans même avoir sorti un full-length! Comment s'est déroulé la tournée que vous venez de faire pour promouvoir le "Mist Through Your Consciousness"?

Merci !!
Il est vrai que ça faisait un long moment que l'on n'était pas montés sur scène...notre dernier concert remontait à octobre 2006, à Nancy avec les Church Of Misery.
C'était le moment idéal pour nous de remonter sur scène, l'album venait juste de sortir, on enchaînait avec cette tournée de dix jours...
Comme tu le soulignes, c'est un moyen d'expression important, essentiel même pour nous... c'était super intéressant dans la mesure où une bonne partie du public sur la tournée avait déjà acheté notre album avant de nous voir sur scène... on a vécu de grands moments d'osmose avec le public...
dans tous les cas la scène pour nous est la concrétisation et la récompense à tous nous efforts, à cette volonté de procurer des émotions...
La scène a cette faculté de mettre les émotions et les sensations à la lumière... pas de triche ou de jeux de dupes, quand le public aime, vibre, tremble, transpire... tu le vois, tu le sens, tu le sais....

Toujours par rapport à cette date, j'ai pu découvrir des nouveaux morceaux, avec notamment quelques parties de « blast », surprenant pour un groupe de "Instrumental Post Doom Metal with negative riffing"! À cela, on rajoute un split à venir avec les affreux de Blockheads, c'est à ne plus rien n'y comprendre! Expliquez nous tout! Caldera a-t-il pris la (fatidique) décision de mettre de côté tous les trucs lents/chiants « postmachin » pour faire du vrai metal de mec, saupoudré de blastbeats et d‘imagerie gore?!

Les Blockheads sont d'excellents amis à nous, l'idée de concrétiser quelquechose avec eux a quasi toujours existé... un jour faut bien se décider à envoyer le boulet....
Alors on s'est jeté à l'eau...
Le délire? Les Blockheads ont pondu un morceau doom et Caldera un morceau blast, en prenant bien soin tout de même de ne pas se renier et de garder nos touches personnelles....
Il ne faut donc pas voir là dessous une quelconque nouvelle orientation pour les deux groupes mais plutôt des faces obscures dévoilées et montrer certaines faces cachées... attention un groupe peut en cacher un autre....

Vous êtes originaires de Nancy: on dira, et c'est pas un scoop, que la scène là-bas y est de qualité! Avec quel(s) groupe(s) êtes-vous en contact? Que pensez-vous de la scène française actuellement, je pense entre autre à des groupes comme Time to Burn, Year of No Light, Overmars, I Pilot Daemon, Celeste, Dirge, Aside From a Day, etc.? Fin prêt à botter le cul à la scène internationale?!

Nous sommes en contact avec peu de groupes sur Nancy, on se connaît un peu tous plus ou moins mais nous n'entretenons pas de gros rapports entre nous...
La scène française est vraiment bonne et renferme énormément de qualité, je ne vais pas refaire le discours mais je pense que nous (général) n'avons pas à rougir ni à nous cacher devant les autres nationalités, il est évident que l'étiquette musicale made in France ne suscite pas le même engouement...
Mais l'essentiel est de composer et de jouer, n'est il pas?

Comme vous avez pu le voir, si on devait vraiment trancher, et même si ça ne serait pas forcément évident, on aurait tendance à dire que La Horde Noire se sent plus proche de la scène black que de la scène émo-rebelz-gelviveldop. Or Christophe portait un tee-shirt de Burzum. Question: Caldera est-il intéressé/attiré par la scène black? On ressent les « negative riffs », précédemment abordé, dans vos compos, avec un côté presque mélancolique sur « Dawn Redwood » par exemple... Quels sont les sentiments que vous souhaitiez transmettre à l'auditeur par le biais de votre musique?

Il est vrai que e suis un gros gros consommateur de black metal, même si mes goûts musicaux ne se limitent pas exclusivement à ce champ,
Caldera n'est pas attiré à proprement parlé par la scène black dans la mesure où tous les autres ne sont pas aussi sensible à ce courant musical que moi...notre musique est le reflet de ce que nous sommes tous les quatre individuellement et tous ensemble à la fois, il est donc logique de retrouver ou de percevoir certains sentiments noirs qui existent dans la musique de Caldera.
Notre volonté était de projeter l'auditeur dans un univers, un monde où il serait face à lui-même....porté par ces ambiances tantôt dures, tantôt douces...parfois lentes et tristes parfois entraînantes....

Projetons nous dans l'avenir à présent. Que prévoyez-vous dans les mois/années à venir? Quels sont vos différents projets? Le sujet « deuxième album » a-t-il déjà été abordé entre vous?

Envisager le long terme est toujours quelque chose de compliqué dans la mesure où la musique n'est pas notre activité à plein temps. Nous avons tous un job à côté et nos vies personnelles.
Maintenant nous avons une volonté énorme et nous avons encore énormément de choses à dire musicalement parlant... donc nous envisageons déjà la suite à Mist Through Your Consciousness, nous avons déjà enregistré pas mal de plans...
Notre actualité est plutôt chargée avec notamment la sortie cet été d'un titre inédit sur la compile Falling Down, le split avec les Blockheads quant à lui devrait voir le jour d'ici la fin de l'année.
Nous cherchons également à sortir Mist Through Your Consciousness en vinyl...nous travaillons actuellement sur un artwork spécial pour cette version vinyl... nous n'avons pas encore de label pour assurer la sortie donc si certains à la lecture de ces quelques lignes sont intéressés, qu'ils n'hésitent surtout pas à nous contacter.

Merci à vous les gars! Merci pour cette interview, merci pour "Mist Through Your Consciousness" et merci pour ce concert au Sonic! Comme vous avez pu le voir, Lyon est une très belle ville, n'hésitez pas à repasser (très) prochainement! Je vous laisse conclure comme bon vous semble...

Merci à toi pour cette interview, merci de ton intérêt pour Caldera et pour tous ces compliments... tout ceci compte énormément pour nous.
On se dit à très très bientôt avec la suite de 'Mist Through Your Consciousness'.

Caedes