OVERMARS

Overmars

,

Novembre 2007

Si actuellement, une (très) grosse partie des groupes peuvent se résumer en un mots: "médiocrité", d'autres, comme Overmars, sortent indéniablement du lot. La sortie de leur second album, "Born Again", sorti chez un certain Appease me et véritable perle d'art noir, était donc l'occasion révée d'en savoir plus sur eux. L'interview a donc bel et bien eu lieu avec Xavier, chanteur du groupe, à l'excellent Fjord Festival en Suisse. Merci pour sa disponibilité et ses réponses de qualités, ça change de certains groupes... Allez jeter un coup d'oeil à leur myspace (www.myspace.com/overmars), peu seront déçus!

Comme tu as pu le voir, la Horde Noire est principalement axée black/death/doom, ton groupe est peut être encore inconnu aux lecteurs du webzine donc si tu peux le présenter...

Xavier: Donc on s'appelle Overmars, on est originaire de Lyon et on existe depuis le printemps 2001. On va faire un bref récapitulatif de la carrière du groupe: on a sorti deux splits CD et deux albums dont le dernier, Born Again, est sorti hier sur Appease me...

Concernant l'étiquette musicale du groupe, il y a des influences qui sont vraiment très vaste dans Overmars... Vous arrivez à qualifier le groupe dans un domaine?

Xavier: On ne qualifie pas vraiment le groupe, sinon on prend des étiquettes à rallonge. Mais c'est vrai que les influences sont très vastes. L'idée de départ était de partir sur une espèce de hard-core métallisant assez chaotique influencé par des groupes comme Botch ou encore Converge... Mais bon on ne l'a jamais fait. On s'est rapidement mis à faire des trucs lourds, parce que ça nous faisait marrer, tout simplement... On a pris l'habitude aussi de faire des morceaux de plus en plus long et depuis on arrive plus à s'en débarrasser. Pour revenir aux influences, il y a donc ce hardcore chaotique que tu peux retrouver dans certains riffs de guitare, on a aussi des influences noise, punk... Il y a aussi un soupçon de black metal, involontaire je pense, je dois être le seul à en écouter dans le groupe. Tout mélangé ça crée des ambiances qu'on espère assez particulière...

Parlons de Born Again si tu le veux bien. D'où vous vient cette volonté de faire un seul titre? Démarche relativement atypique tout de même...

Xavier: C'est plus ou moins une commande. On avait un copain, qui avait un label, qui nous a proposé de sortir un EP, plus ou moins influencé par Corrupted. On a dit pourquoi pas. On l'a donc fait, ça nous a pris pas mal de temps. En fin de compte, ça ne ressemble pas à du Corrupted et il ne l'a pas sorti! (rires) D'autres labels s'en sont occupés et on en est vraiment content à présent. Après je ne pense pas qu'on refasse cet exercice dans les années à venir, c'était intéressant de le faire mais assez usant. On va à présent revenir à des formats plus « digestes »...

Il y a un truc qui m'a vraiment interpellé ces derniers jours. Rien de péjoratif, mais vous n'êtes pas encore un « gros » groupe et pourtant votre album « Born Again » a été touché par le piratage...

Xavier: C'était pas vraiment du piratage...

Il était disponible avant qu'il sorte. Je ne vois pas comment il y a pu avoir une fuite si tu veux...

Xavier: Et bien disons que la fuite vient en quelque sorte de moi. J'envoie des mp3 autour de moi, soit à la presse soit à des gens proches pour faire un peu de promo, pour que les gens puissent l'écouter un peu avant afin que la chronique soit dispo le jour même de la sortie avec, bien entendu, comme consigne de ne pas diffuser le morceau. Après il suffit que sur l'une des personnes à qui je l'envoie, il y ait une personne de son entourage qui aime bien le groupe et la machine est lancée. Après, pour la question du piratage, enfin du téléchargement plutôt, nous on est absolument pas contre. Au contraire le fait que le morceau soit sur le net permet de diffuser plus simplement et de manière plus conséquente notre musique. Après, moi, je ne suis juste pas content envers la personne qui l'a fait. Je ne sais pas qui c'est et je ne veux pas le savoir mais ce qui n‘a pas été cool c‘est de mettre le morceau en téléchargement avant même qu‘il sorte, je trouve vraiment que c‘est un manque de respect par rapport au groupe et au label. Après on sait pertinemment qu'à partir du moment ou le disque est dans les mains du public, à la seconde même il sera encodé et mis sur le net. On fait avec après, c‘est pas un souci pour nous. Nous même on télécharge! (rires)

Dans ce cas alors... (rires) Concernant le processus de composition, étant donné que vous avez un line up là encore atypique puisque vous êtes 7...

Xavier: Oui il y a 7 membres dans le groupes mais 6 musiciens...

Exact il y a Arnaud qui s'occupe des visuelles, entre autre. Comment se passe alors le travail de composition avec les autres?

Xavier: Et bien ça riffe beaucoup. (ndlr: du verbe riffer j'suppose! héhé) C'est surtout Pierrick qui propose des riffs, un peu les autres aussi maintenant. Ça tourne beaucoup, on se retrouve alors avec une collection de riffs. Au bout d'un moment on dit stop et on essaie de mettre tout ça en place. Après faut savoir qu'il y a beaucoup de déchets, pas que les riffs soient mauvais, mais disons qu'on essaie de faire des morceaux ou des parties homogènes. On a la chance d'avoir Pierrick qui est une véritable machine à riff! Le gros travail vient après, au niveau des enchaînements, les riffs, on va dire, arrivent de manière personnelle. On essaie à présent de plus en plus de travailler en petit comité, ce n'est pas toujours facile de répéter à 6 à la fois! Y'en a qui plaisantent, y'en a qui se font chier donc sur les deux derniers morceaux qu'on a composé, c'est parti de deux personnes. Elles ont commencé à bosser les structures du morceau et après elles nous ont présenté le résultat. Après nous, le reste du groupe, on voit ce qu'on peut faire, arranger, etc. Ça reste en gros du très classique comme travail de composition, je ne pense pas qu'il y ait quelque chose d'exceptionnelle...

Tu me parlais tout à l'heure d'influence black metal. Tu peux développer cette idée?

Xavier: Black metal... On se pose beaucoup cette question entre nous, parce que la plupart des membres du groupe hallucinent sur le fait que l'on provoque autant d'intérêt dans ce milieu. Il y a eu le fait que Appease Me nous ait signé, qui est quand même assez connoté black metal, on a eu aussi pas mal de retours de groupe de BM qu'on apprécie. Après moi je t'avouerai que je m'y suis intéressé une fois qu'Appease Me nous ait proposé de nous signer. J'ai commencé par écouter du Blut Aus Nord et j'ai vraiment accroché! Avant, j'avais un peu la culture BM de base si tu veux, avec Burzum, Mayhem et Darkthrone. Ça m'a dont permis d'y redécouvrir un peu, parce que j'avais assisté à la première vague black metal au début des années 90. Je connaissais bien certaines personnes qui en faisait parti mais ça m‘avait rapidement saoulé parce que c‘était truffé de fachos. Et c'est vrai que de voir maintenant qu'il y ait des personnes plus intéressantes, artistiquement et philosophiquement, ça m'a donné envie de creuser un peu dans ce style et je suis tombé sur des sacrés groupes comme Deathspell Omega. Les autres aiment bien Blut Aus Nord, sans être des grands fan non plus mais ils aiment bien le concept. Il y a aussi Enslaved avec ce côté prog d‘apprécié...

On a pu voir qu'il y avait une place importante de l'aspect visuel dans Overmars, c'est une démarche que vous allez poursuivre?

Xavier: Tu fais allusion aux vidéos projections?


Oui, entre autre. Il y avait aussi ce DVD avec votre premier album, etc. Je fais allusion à ces éléments « extérieurs » par rapport à votre musique...

Xavier: Ouais, ok. Pour les vidéos en live, c'est quelque chose que l'on affectionne tout particulièrement et que l'on continue à faire, tu pourras le voir d'ailleurs ce soir. Arnaud fait partie intégrante du groupe, il fait partie des 7 membres, il chante aussi sur scène un peu. Après au niveau du DVD, c'était l'occasion à l'époque pour Arnaud de présenter son premier court métrage. On voulait faire en sorte qu'Overmars ne soit pas seulement un groupe de musique mais qu'il y ait aussi une sorte d'univers. C'est ce qu'on a essayé de faire au début avec le site, on publiait des textes, etc. Maintenant c'est vrai qu'on s'y attache moins, plus par flemme et manque d'organisation qu'autre chose. Mais oui, de manière générale, on essaie de soigner le visuel même si ce n'est pas toujours évident étant donné qu'on est 7 et que les avis peuvent diverger. Après je ne pense pas qu'on ait une identité visuelle définie, il y a plusieurs écoles dans le groupe. Certains voudraient qu'on ait une ligne de conduite visuelle un plus définie, ou le groupe soit identifiable. Si je prends un exemple, tu prends un disque d'Isis, peu importe la pochette tu sais que c'est un disque d'Isis. D'autres groupes à l'inverse sont plus ouvert, avec des pochettes différentes, des logos qui changent, etc. On est plus dans cette optique là actuellement je pense...

Par rapport à votre label à présent, Appease me. Comment ça se passe avec eux? C'est quand même un label relativement important...

Xavier: Ça lui fera plaisir! (rires) Ç'a été un label exposé parce que c'est tenu par un gars de Blut Aus Nord qui jouit d'un respect important et d'une certaine renommée. Ç'a été exposé aussi parce qu 'il y a eu une licence avec Candlelight, qui reste un gros label metal. Après il faut savoir qu'à présent Appease Me ne travaille plus avec Candlelight, il est redevenu indépendant. Alors je ne dirais pas qu'il repart à zéro mais disons qu'il y a beaucoup de travail à faire pour gérer le label. On est en communication de manière quasi quotidienne. Ça se passe beaucoup entre lui et moi, chacun expose ses idées, etc. J'essaie au maximum de m'investir là dedans, pour que le label voit aussi que le groupe est content de bosser avec et qu'il y a un support mutuel. Après c'est sur ça reste une petite structure, il n'y a pas de pognon derrière, c‘est pas une grosse machine comme Candlelight. Avec eux c'était difficile parce que finalement t'es face à une machine avec une personne qui s'occupe de la promo, une autre d'autre chose, etc. ça fait que t'es un peu pommé face à cet « organigramme ». L'avantage avec Appease me, c'est plus intimiste, il y a vraiment cette relation humaine et une réelle motivation derrière. Chose qui était moins flagrante avec Candlelight, je ne suis même pas sur que les gros patrons ait à l‘époque écouté l‘album.

Revenons justement à votre premier album ‘‘Affliction, endocrine... vertigo''. Quels ont été les retour d'un point de vue globale?

Xavier: Globalement bonnes, voir très bonnes mais aussi incendiaires! (rires) Mais jamais de consensus mou, donc sur ce point on est content. Les chroniques incendiaires venaient de la part de personne n'appartenant pas à cette scène. Pour revenir à Candlelight, ayant donc fait un travail de promo vraiment « metal », l'album s'est retrouvé à des endroits un peu inattendu. Après cet album nous a permis d'avoir beaucoup de contacts, d'univers très varié...

Tu as des noms peut être?

Xavier: C'est très varié, ça va à des groupes de black comme je te disais tout à l'heure à des groupes de hardcore. Neurosis nous connaît par exemple, le projectionniste a bien aimé le disque...

Ça fait toujours plaisir ça! (rires)

Xavier: Ouais, c'est sur! Après, pour te citer quelques groupes, je dirais qu'il y a Taint, Starkweather, Negativa, etc. Des groupes d'univers vraiment différents donc c'est cool.

Quelles portes vous a ouvert ce disque? Vous étiez par exemple partis dans les pays de l'Est en tournée...

Xavier: L'album nous a peut être ouvert des portes mais après je ne pense pas que ce soit le label qui nous ait permis par exemple de tourner. C'est souvent nous qui bookions tout par nous même quelques jours avant de partir. De temps en temps on bosse avec des tourneurs dans certains pays ou on est vraiment largué mais ça reste de manière générale très autogéré comme groupe, plus par défaut que par réel choix cependant...

Avant de sortir de cd, vous aviez sorti deux splits. Pourquoi cette démarche? Ne pas avoir sorti une démo par exemple.

Xavier: En fait, notre premier Split était aussi une démo. C'était un Split avec Donefor et Overmars, groupe dont venait majoritairement les membres d'Overmars. On voulait enregistré une démo à l'époque, on l'a fait parce que ce n'était pas excessivement cher, ça tournait aux environ de 1500 euros. Bon maintenant on en a des cartons entiers à la maison mais bon... (rires) Le deuxième split quant à lui nous a ouvert plus des portes auprès des labels, etc.

Vous alternez, au niveau des paroles, des passages en français mais aussi en anglais. Pourquoi ce choix? Pourquoi ne pas privilégier une langue plus qu'une autre?

Xavier: On est plusieurs à écrire dans le groupe, je pense que c'est pour ça... Benjamin aurait peut-être tendance à privilégier le français, moi l'anglais. Après ça m'arrive d'écrire en français et lui en anglais. Je pense que ça s'explique surtout par le fait que des fois des idées s'expriment plus facilement dans une langue que dans une autre, avec un vocabulaire plus appropriée par exemple. Ça reste assez spontané si tu veux...

Et concernant les paroles de Born Again?

Xavier: Il y a forcément un lien entre les deux. Celles-ci sont peut être plus introspectives, plus personnelles mais à la fois plus large aussi. Je dirai que le thème générale du morceau c'est de retrouver les ressources en soi qui permettent de remonter la pente, de se surpasser malgré l'abattement et l'apathie générale. La musique est très sombre mais le texte est très positif en fait, même si il y a un champ lexical assez sombre, beaucoup de vocabulaire avec une esthétique religieuse...

Vous êtes un groupe qui aime tout particulièrement s'exprimer sur scène ou vous êtes plus un groupe qui bosse en studio?

Xavier: Les deux sont deux exercices différents que l'on apprécie chacun à sa manière. Là ça faisait très longtemps que l'on n'avait pas jouer donc on est très content de remonter sur scène. Il y a eu une époque ou on a pas mal tournée, dans toute l'Europe. C'est des expériences très formatrices, sur le plan humain par exemple. Mais quand tu te retrouves à 7 dans un camion, il peut aussi y avoir des tensions. On a donc décidé de lever le pied, et de privilégier la composition à présent. Il n'y a pas de tournées de prévues, juste des « plans week end » ici et là...

On va sortir à présent de l'univers musical. C'est une question dont je prends de plus en plus de plaisir à poser aux groupes. On assiste actuellement dans nos sociétés de consommation à l'émergence de nombreuses absurdités... Overmars, ou tout du moins toi, êtes conscient de ça? Quel est votre ou ton avis là-dessus?

Xavier: C'est très large comme question mais je vois ce que tu veux dire. C'est difficile je pense d'apporter une réponse intelligente et concise, là comme ça...
Plutôt pessimiste dans l'ensemble. J'ai beaucoup de conversations sur l'univers de la musique, et du business qu'il y a autour. On s'aperçoit qu'il y a une chier de disque qui sort chaque mois, tout le monde peut sortir quelque chose actuellement. C'est ouvert à la médiocrité! D'un côté, c'est bien, on ne peut pas le nier, tout le monde a accès à l'art maintenant, c'est une très bonne chose. Mais d'un autre côté, la qualité se fait étouffé par la masse, peu de groupes sortent du lot actuellement. Quand j'étais ado, j'étais très fan de death metal. J'écoutais beaucoup Morbid Angel, Napalm Death et Obituary. Ces trois groupes là étaient vraiment énormes. Quand un cd sortait, je peux te dire qu'il tournait longtemps dans la chaîne. Au pire, à l'époque, les groupes de seconde zone c'était Malevolent Creation. Maintenant, ça reste un groupe de qualité par rapport à toute la merde qui arrive derrière. Tout ça c'est valable en littérature, en cinéma, en BD, etc. Je suis très friand de cinéma, j'ai une carte qui me parait d'y aller autant de fois que je le souhaite par mois. Si je vois un bon film, sur une dizaine, c'est le bout du monde!
J'aime penser qu'en ce moment on est vraiment à deux doigts de s'écraser comme des merdes contre le mur. Il y a un moment ou la surconsommation va se casser la gueule, où il va falloir tout remettre en place. Alors après reste à savoir si les deux doigts du mur c'est dans deux ou cinquante ans! La société dans laquelle on vit c'est un cheval emballé qui s'arrêtera que lorsqu'il aura une jambe de cassée...

Ça me permet de rebondir sur autre chose. Sur votre myspace, vous avez mis que beaucoup de groupes n'étaient que des pales copies de Neurosis ou encore Cult of Luna, sans véritable identité. Tu peux nous en dire un peu plus?

Xavier: C'est Fafa, notre ancien bassiste, qui a écrit ça. Je suis entièrement d'accord avec lui. Personnellement, j'appelle ça les « Pelicult of Neurisis ». C'est valable dans tous les styles musicaux: death, black...

Ouais mais il y a bien tout de même cet effet de mode actuellement autour de ce style...

Xavier: Ouais, actuellement. Il n'y a pas si longtemps c'était le screamo, ça l'est encore un peu. C'est vrai, c'est un peu chiant! C'est un peu à la mode, y'a pas mal de gamins qui découvrent Isis et qui se mettent à jouer lentement avec trois petits arpéges minables. Mais en amont, ils ne se rendent pas compte des groupes qu'ont pu écouter Isis ou Cult of Luna. Après j'ai peut-être un discours de vieux con, j'ai trente piges, je suis peut-être un peu dur avec les jeunes. Mais j'ai tellement l'impression qu'ils ont accès à tout, qu'ils ne prennent en compte que le côté immédiat. À l'époque, fallait se bouger le cul, fouiller dans les distros pour se procurer un bon cd...
Pour revenir à cet « effet de mode », je ne sais pas vraiment l'expliquer mais je peux te dire que ça me saoule! Je ne sais pas si c'est un manque général d'imagination, si le style est trop médiatisé, etc. En tout cas il y a souvent l'absence de passion, de créativité, ça j'en suis certain. Après peut-être il y en avait autant il y a 15 ans, mais étant donné qu'il n'y avait pas Internet et autre myspace, on ne le savait pas!

Et tu as des noms de groupe? Au pire, je coupe l'enregistrement! (rires)

Xavier: (ndlr: Bande de petits veinards, je vous laisse dans l'anonymat!) Après, le fait que des groupes soient mauvais ou pas inspirés, c'est une certitude, mais c'est aussi la faute des labels qui leur donnent les moyens de continuer! Ç'avait déjà fait comme ça avec le death quand Roadrunner avait signé tous les groupes qu'ils pouvaient pour s'accaparer le marché! Ça a flingué le style sur le coup! Après je ne veux pas faire le darwinisme musical mais bon...

En parlant de Darwin, vous avez écrit une chanson là-dessus, « En mémoire des faibles qui ont survécu à Darwin ». Tu peux m'en dire un peu plus? Ça change des propos BM élitistes...

Xavier: C'est Benjamin qui a écrit le texte. C'est vraiment sa sensibilité, son héritage de « punk looser ». Le groupe a des racines fortement ancré dans la scène punk, même si on s'en détache sur pas mal d'aspects. Il y a vraiment cette culture au sein du groupe d'anticonsommation, d'anticompétition, etc. On ne sera jamais cadre d'entreprise à gagner 10000 euros par mois, on correspondra jamais à certains critères esthétiques, à certains critères socio-économiques mais on est content comme ça. On est content de vivre la vie qu'on a choisit de vivre, on est content avec un SMIC ou un RMI. On arrive à donner de la substance à notre vie sans forcément passer par tous les critères actuels de réussite, de « bonheur idéal ». On essaie pas de briller de mille feux. On essaie vraiment de rester le plus honnête et intègre possible, mais c'est pas toujours facile, surtout dans la société dans laquelle on vit, où tu es continuellement harassé de publicités, d'idéaux à atteindre, etc. Alors bon, des fois, on se prend un peu le bec entre nous, disons que j'essaie de pousser un peu le groupe, d'avoir un peu plus d'ambitions, etc. et c'est vrai qu'avec ce mots, par fois, ça coince un peu...

Ok ok. On est en Suisse aujourd'hui, quel est ton avis sur la scène de ce pays?

Xavier: Je connais surtout les genevois en fait. On est très bon pote avec les gars d'Impure Wilhelmina et Knut, on a tourné ensemble. Knut est une influence majeure pour Pierrick, notre guitariste. Il est capable de jouer Challenger en entier, il refuse de monter avec les autres sur scène pourtant! (rires) Après je t'avouerai que l'on ne connaît pas trop les groupes plus récent...

Et concernant la scène lyonnaise et française?

Xavier: Je trouve la scène lyonnaise très intéressante, je vais essayer de ne pas faire le chauvin avec ma ville mais bon... Sans parler de musique, juste d'un point de vue associatif, il y a une très forte activité. C'est vraiment très bien, si tu es un minimum curieux sur Lyon, tu peux vraiment ne pas t'ennuyer. Musicalement, il y a des groupes que je trouve vraiment de qualité, je pense entre autre à Doppler, groupe de noise. C'est une véritable machine de guerre en concert. Je suis aussi assez admiratif devant Daïtro, pas tant sur le plan musical parce que je n'aime pas tout, mais sur ce qu'ils sont arrivés à accomplir. Ils ont tournés dans toute l'Europe, aux États-Unis, au Japon, etc. Il y a Celeste aussi, qui joue ce soir, il y a de très bonnes idées...

Et Llorah, tu en penses quoi? J'ai vu que ton gratteux, Pierrick, composait un morceau avec eux...

Xavier: Ouais, j'aime bien aussi. Après musicalement, je n'accroche pas sur tout, même si il y a aussi des bonnes idées. Il y a aussi le groupe Kiruna, que je préférerai peut-être d'avantage, avec ce côté noise des années 90 à la Unsane. C'est vrai que humainement, c'est mon ancien colloque, ça aide aussi. (rires) Y'a vraiment des choses chouettes , Socrates aussi... Lyon est vraiment très riche au niveaux groupes, mais même en France. Je trouve que les groupes qui sortent du lot ont une véritable personnalité, par exemple Comity, Monarch ou encore Year of no Light. Même si l'on ressent encore certaines influences, ce ne sont pas que de simple copier/coller. C'est vraiment intéressant...

L'interview est sur le point de se terminer. Tu peux nous en dire un peu plus sur l'avenir du groupe, vos priorités?

Xavier: Et bien on compose beaucoup en ce moment. Tu pourras les retrouver dans un Split avec je ne sais pas qui...

Des idées peut être?

Xavier: Oui, des idées mais rien de très précis encore. On compte rentrer en studio début 2008 pour enregistrer quelques morceaux. On a une collaboration avec Kill the Trill sur un vieux morceau. On voudrait remanier tout ça avec une touche de Kill the Trill derrière... Il y a aura quelques concerts aussi, histoire de ne pas se rouiller, mais pas de véritable tournée. On privilégie la composition à présent...

Merci pour cette interview intéressante et du temps que tu m‘as accordé. Je te laisse le mots de la fin...

Xavier: Merci beaucoup pour l'interview, merci beaucoup pour le soutien. Si les lecteurs de la Horde Noire sont intéressés, qu'ils n'hésitent pas à venir écouter ce que l'on fait.

[object width="425" height="355"] [param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/75ANQ2d0ctA&rel=1"] [/param] [param name="wmode" value="transparent"] [/param] [embed src="http://www.youtube.com/v/75ANQ2d0ctA&rel=1" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="355"] [/embed] [/object]

Caedes