TANEN

Tanen groupe

,

Juin 2008

“La curiosité est un vilain défaut” blablabla... Quand une formation, qui plus est française, se donne tous les moyens pour réussir, et que le résultat est bel et bien là, j'estime que le minimum à faire est de les supporter. Fragments est sorti début 2008 chez TrendKill Records, occasion parfaite d'en savoir un peu plus sur cette formation qui a démarré sa carrière sur les chapeaux de roue ! En voici le résultat...

Salut les gars! Bon, premier album oblige, vous n'allez pas y échapper: pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, vous pouvez nous présenter (brièvement) le groupe? Le line up actuel est le line up originel, ou Tanen a connu des changements?

Nico – Hello ! Alors rapidement: Seb et Momo ont formé le groupe en 2003, après avoir rencardé Dam au chant et Momol à la batterie. J'ai rejoint le groupe à la basse 6 mois plus tard après avoir vu Tanen en live. J'avais vraiment aimé le set et comme nous sommes amis depuis plus de 10 ans ils m'ont proposé de prendre la basse (je suis gratteux à l'origine). On a enregistré plusieurs démo qui nous ont seulement servi à démarcher les orgas et les labels. En 2006 on a décidé de prendre les choses en main et d'autoproduire notre premier album. Peu de temps avant qu'on lance le pressage, Trendkill nous a sollicité ce qui nous a permis de bénéficier d'un vrai support pour l'aspect distro/promo/booking que nous ne pouvions pas assurer.

Le line up est le même depuis le début, c'est beau l'amour...

J'ai cru comprendre que votre patronyme était tiré d'un film (Retour vers le Futur), des raisons précises à cela? Avec cette masse de groupes qui s'accroît de manière exponentielle, ces « musiciens » qui créent leur myspace de « groupe » avant même d'avoir composé, ça risque de devenir difficile de trouver un patronyme non-employé...

Nico – En effet Tanen vient de Bufford Molosse Tannen dans BTTF. Perso je suis arrivé après le choix du nom du groupe, je rejette toute responsabilité à ce sujet. On est tous fans de cette trilogie, ce nom est une façon pour nous de faire figurer notre esprit très second degré. Trouver un nom de groupe c'est l'enfer !

Parlons de votre premier méfait, Fragments, sorti chez TrendKill Recordings. Quels sont les retours que vous avez eu jusqu'à présent? Des défauts qui reviennent où la perfection a été atteinte? Êtes-vous entièrement satisfaits du résultat ou quelques regrets (avec le recul) vous empêchent de fermer l'œil la nuit?

Nico – L'album a été très bien accueilli tant par la presse que sur scène. Globalement nous sommes super satisfaits du travail accompli, et avons le sentiment d'avoir exploité les moyens mis à notre disposition à 200%. Bien sur quelques défauts sont là, comme le son de batterie, par exemple, et nous porterons une attention particulière à ces points lors de l'enregistrement du prochain.

Seb - Ça fait 2 ans qu'on a fait les prises donc bon... Il y a des choses perfectibles mais globalement on est très satisfait du boulot fait par Luc et de la manière dont sonne les compos.

Tous les instruments sont parfaitement audibles et apportent, continuellement, ce petit quelque chose qui fait qu'on ne décroche pas! Comment se passe le processus de composition chez vous? Vos morceaux sont complexes, vous êtes bien loin des groupes qui font tourner inlassablement un pauvre riff de merde. Vous mettez beaucoup de temps pour qu'un morceau soit totalement mis en place? Il a fallu beaucoup d'années de pratique pour composer un album comme Fragments?

Nico – Oulah attends doucement là j'arrive plus à suivre! Alors dans l'ordre : C'était une volonté de notre part de faire en sorte que tout soit parfaitement audible, c'est pour cela que nous avons choisi de faire travailler nos amis suédois.

Le processus de compo est assez simple. Seb et Momo commencent à assembler leurs riffs. Quand le morceau commence à prendre forme, la basse la batterie et le chant posent leurs parties, et l'ensemble du groupe décide de la structure du nouveau morceau. Les morceaux sont assez complexe, mais paradoxalement ça vient de notre manière de travailler très spontanée. On s'éloigne la plupart du temps de la structure couplet/refrain/couplet/refrain mais sans trop chercher à la faire, ça vient comme ça.

Le temps de composition est très variable. Certains morceaux de Fragments sont nés en une semaine voire une soirée, d'autres sont le fruit de plusieurs mois de travail.

Pour ce qui est des années de pratique je ne sais pas. Nous jouons ensemble depuis très longtemps et sommes amis avant d'être zicos, ça joue certainement un rôle pour ce qui est du feeling...

Cet album est, pour ma part, un très bon condensé de diverses scènes/influences! Est-ce venu naturellement, au fait par exemple que vous écoutiez beaucoup de musique? Ou était-ce un désir de repousser les limites/barrières, de ne pas vous enfermer avec une étiquette musicale?

Nico – Notre processus de composition est basé sur la spontanéité, rien n'est calculé ou prémédité. Nous n'avons jamais cherché à nous rapprocher de tel ou tel style. Les diverses influences qui transparaissent dans Fragments viennent du fait que personne n'écoute la même musique dans Tanen, donc chacun amène son petit grain de sel...

Toujours dans cette approche d‘apporter du neuf, de ne pas reprendre inlassablement les mêmes plans, j'ai fait un parallèle (peut être à tord, il me semble avoir été un des seuls à faire ce rapprochement) avec les groupes issus de la Klonosphere, comme Hacride et Mistaken Element, comme sur le morceau « Labyrinthe ». Pensez-vous avoir été influencé, plus ou moins consciemment, par ces groupes, qui commencent à faire de plus en plus de bruit hors de notre territoire?

Seb- On les connaît mais nous n'avons jamais fait parti du collectif. Pour Hacride ce sont des amis, Klone aussi, Mistaken Element on ne les connaît pas bien mais il partage un membre avec Hacride... Concernant Labyrinthe, c'est vrai qu'il y a des parties très métal ce qui peut te faire penser à la musique des groupes cités précédemment mais sachant que nous l'avons composé bien avant de les connaître (musicalement y compris) ça ne nous a pas influencé.

Peut être plus perceptible et évident, on pense également à cette scène « postcore » en vous écoutant... Vous vous sentez affiliés à cette scène émergeante? C'est un terme qui revient très fréquemment depuis quelques moi maintenant, explicable à mon avis par le fait que c'est un peu une étiquette musicale « fourre tout » et facile pour les chroniqueurs de mon espèce! Vous seriez capable de définir ce style musical? Ou pensez-vous qu'au final ce terme n'a que très peu de sens?

Seb- A mon sens post core n'a pas de sens....c'est fourre tout. Le post hardcore pour moi c'est quicksand par exemple... C'est comme post rock ou néo metal... c'est dommage d'ailleurs car c'est très réducteur...Les chroniqueurs y mettent des groupes qui souvent n'ont rien à voir entre eux... mais bon c'est bien pour l'auditeur en tant que repère.

La France (pour ne citez QUE Time to Burn, Year of No Light, Overmars, Celeste ou encore Dirge) et la Suisse (avec des groupes comme Kehlvin, Impure Wilhelmina, Rorcal, Cortez, Knut, Shora, etc.!) botte le cul à une bonne partie de la scène internationale! Vous voyez l'avenir comment? Une certaine forme de fierté? Cette scène est encore jeune, certains groupes cités supra ne sont qu'à leur premier méfait, pensez-vous que cette engouement pour ce style de musique puisse à la longue faire que l'on se retrouve à tourner en rond?

Nico- Tout dépendra de comment vont évoluer les groupes, nous y compris. L'engouement pour ce type de son n'est pas un risque à mon avis, tant qu'on reste dans une veine underground ou les gens font de la musique pour faire de la musique et pas pour se remplir les poches.

Seb- Ce qui est drôle c'est que tout ces groupes se rejoignent mais proposent chacun une musique très personnelle... Les groupes depuis quelques années sont décomplexés et prennent carrément un maximum de risque...faut que ça reste comme ça... Malheureusement si un phénomène de Hype se crée ça va foutre la merde c'est sûr.....

Sur plusieurs morceaux, on peut entendre des parties de chant clair. Pour ma part, si j'avais un défaut/reproche à faire, ce serait celui-là, je suis très peu frillant ça... Est-ce venu naturellement pour votre chanteur? J'ai vraiment eu cette impression que Dam, face à la complexité de vos morceaux, s'est senti presque obligé d'en faire autant sur les parties de chant, d'apportez constamment des variations. Vous l'avez ressenti (ou vous le ressentez avec le recul) comme ça?

Seb- Eh bien en fait ça a été très spontané... Il a balancé ça et c'est vrai que ça a été destabilisant...mais ça nous a plu, lui était aussi convaincu...on a pas cherché plus loin.
On a trouvé ça original... Après on est pas les plus malins non plus.

Il y a également ces deux interludes, très sombres. Moyen pour l'auditeur de faire une petite pose à l'écoute de Fragments et faire en sorte qu'il ne soit pas indigeste? Je les aurais découvert sur un album de BM, ça ne m'aurait pas étonné! Vous vous intéressez à ce style de musique (black/doom/funeral), sombre et oppressante par essence?

Seb- hummm....pas vraiment, pour le black metal, c'est vraiment qu'on s'y est jamais vraiment intéressé mais j'admets que certains groupes sont très intéressants, après pour le doom ou le funeral....... La Hype a pris possession du truc....donc du coup ça perd tout intérêt à mes yeux.. et musicalement j'y trouve pas beaucoup d'interet... Après je ne dis pas que c'est de la merde, loin de là, mais pour nous ça n'a jamais été une influence. D'ailleurs pour revenir à ta question, les morceaux ambiants ont effectivement été créés pour aérer l'album...on a voulu créer avec juste nos guitares et nos effets des sons dégueux et oppressants... On a tout mixé ensemble ce qui donne ce résultat plutôt.....bizarre.

J'ai passé, volontairement, sous silence votre collaboration avec les deux affreux de Cult of Luna dans ma chronique. Comment êtes-vous arrivés à travailler avec eux? Êtes-vous pleinement satisfait du résultat de ce mastering? Concrètement, les rémunérations demandés par ces deux énergumènes pour masteriser une galette s'élève à combien?

Nico – Oui on a apprécié d'ailleurs que cette chronique ne tourne pas autour du couple Tonteknik / D. Hess... On s'est adressé à eux car on voulait un son béton pour Fragments et que leur style correspondait exactement à ce qu'on cherchait. On savait qu'en leur confiant notre galette nous ne serions pas déçus. Pour ce qui est du tarif, envoie leur un mail, ils sont très sympas J ...

Autre collaboration, et là encore, non des moindres, celle de Derek Hess, éminent personnage! Comment s'est déroulé votre collaboration? Lui avez-vous donné des directives, une certaine ligne de conduite? La pochette que l'on connaît a-t-elle connu auparavant des modifications? D'autres pochettes ont été réalisé avant celle-ci?

Seb- On a fait des essais d'artwork mais c'était vraiment très mauvais....donc après être tombé par hasard sur la page myspace de derek, je lui ai écrit sans grand espoir, sachant qu'on adore tous son travail depuis des années, et en une heure il m'a répondu ok. On lui a envoyé l'album, des traductions des paroles, et on lui a laissé carte blanche ! Ce qu'il a rendu correspond parfaitement à ce qu'on voulait sans qu'on ait pu nous même l'exprimer. Il nous a tous mis d'accord...

Toujours par rapport à vos collaborations, comme je vous l'ai déjà dit, je l'ai ressenti un peu comme des arguments de vente, trop mise en avant pour moi, beaucoup ne retenant de Tanen (presque) que celles-ci, pour preuve les chroniques disponibles sur Fragments sur le net. Êtes-vous d'accord avec moi? Est-ce un point qui a tendance à vous énerver à la longue?

Non cela ne nous énerve pas car on s'attendait un peu à ça. Nous n'avons pas choisi de faire bosser ces gens dans l'espérance que leur nom fasse parler de nous mais parce que nous savions que nous pouvions leur faire totalement confiance. C'était aussi l'occasion de poursuivre cette folle aventure consistant à réaliser notre rêve de gosse (sortir un album) en faisant bosser des gens qui nous faisaient rêver quelques années plu tôt !

Après faut être réaliste ce type de collaboration t'amène un peu de crédibilité et favorise l'écoute de ton disque par les chroniqueurs, ne serait-ce que par curiosité. Mais vu comment c'est la jungle je pense que c'est de bonne guerre !

Je n'ai pas eu encore l'occasion de vous voir sur scène. Votre musique se prête vraiment aux lives, très énergique et nerveux! Un concert de Tanen, pour résumer en trois mots, ce serait quoi? C'est totalement barré, ça saute dans tous les coins comme un Converge? Ou c'est plutôt répétition avec public en plus?

Nico – En trois mots : Intense, sueur et sang, parfois. La scène est un moment magique pour nous où on débranche tout et où on se laisse aller. C'est plutôt intense et barré !

Seb- Voir même très rock n roll ! On s'éclate bien et on donne beaucoup... et je pense que les gens y sont réceptifs... en tout cas on fait pas semblant, qu'il y ait 1 ou 200 personnes.

Niveau concert, on peut dire que ça y va pour vous, et tant mieux! Outre la tournée française (Lyon est une très belle ville au passage...) TrendKill vous trouve des dates incroyables, tels Converge et Envy, pour ne citer que ceux-là! J'imagine que ça doit être la folie dans les rangs de Tanen! Vous ressentez une forme de pression, vous appréhendez un peu? J'imagine (décidément... grand rêveur!) que les albums de ces groupes ont du tourner quelques fois dans vos chaînes-hifi! Qu'est-ce que ça représente pour vous de jouer avec des groupes aussi talentueux qu‘eux?

Nico – Oui les dates à venir sont vraiment énormes. Sur ces soirs il va falloir se retenir pour pas péter un plan à la wayne's world devant Alice Cooper ou Aerosmith !!!! Là dessus Trendkill à fait un boulot énorme et nous sommes très reconnaissants. Jouer avec des gens qui représentent outre nos principales influences des groupes que l'on admire a un côté magique. Ça prolonge bien le rêve de gosse évoqué plus haut. Côté pression pour l'instant ça va car je pense qu'on ne réalise pas trop. Le moment venu je pense qu'on va faire quelque litres d'huile...

Vous deviez également faire une date avec DEP, sauf erreur de ma part. Que s'est il passé? Petite question pour le fan de musique, qu'avez-vous pensé du (controversé) Ire Works, dernier album en date?

Nico – En effet ça devait se faire et c'est tombé à l'eau. Il y avait déjà trois groupes de bookés ce soir là et pas la possibilité d'en ajouter un. On était dans le public ce soir là, c'était déjà pas mal pour un day off.

Pour ce qui est de Ire Works perso j'aime bien cet album. Oui, certaines parties sont clairement orientées radio/moneymaker mais je me pose la question de la liberté artistique laissé aux groupes sur ce genre de grosses structures... J'aimais mieux le touché de l'ancien batteur ceci-dit. Maintenant sur scène c'est la grosse claque, le show à l'américaine et tout et tout. Seul regret, tout ça est un peu trop scénarisé et manque un peu de spontanéité.

Seb- Moi j'aime bien cet album. Moins que Miss machine, mais très bon. Et d'ailleurs je trouve que cet album a été descendu en flèche par pas mal de monde...en même temps ça me fait marrer... Après certains prennent aussi un malin plaisir à dire du mal de ce groupe... je ne me fis pas aux critiques (désolé J) je me fais mon avis !

Après avoir lu les remerciements présent sur Fragments, on devine/comprend que ça n'a pas du être facile tous les jours, financièrement parlant par exemple, qu‘il y a du avoir quelques sacrifices aussi (enfin rien d‘animal a priori...), faut dire aussi que vous n'avez pas fait les choses à moitié pour un premier album! Quels conseils donneriez-vous à de jeunes groupes qui hésitent encore à faire le grand saut? Que tout est possible avec de la motivation?

Nico – Bah disons que Fragments c'est un an de pâtes et de patates ! Ceci-dit on regrette rien. On a la chance d'avoir réalisé notre rêve de gosse c'est ça qui compte !!! Après pour les jeunes groupes à mon avis il faut pas hésiter. Nous on était partis pour les sortir nous mêmes et le distribuer sur les concerts. Si ça n'avait pas marché on se serait quand même dit « on s'est planté, mais on a été au bout de truc ! »

Seb- La priorité à mon sens et j'y ai longtemps réfléchi c'est de se consacrer à 200% aux morceaux... Si les morceaux sont bons, le reste deviendra plus facile. Après avec peu de moyen on peut avoir une prod monstrueuse... donc faut foncer mais au bon moment.

Revenons à TrendKill, dont vous êtes la première signature. Comment se passe jusqu'à présent votre collaboration? Êtes vous satisfait pleinement de celle-ci? Rassurez moi, vous n'avez pas servi de cobaye tout de même?! N'hésitez pas à tout me dire, tout sera publié! Ou utilisé à des fins machiavéliques...

Nico- Nous sommes très satisfaits de notre collaboration avec Trendkill. Il fonctionne comme nous en mettant les petits plats dans les grands. Il est totalement barré et hyperactif et nous trouve des dates dont on aurait jamais oser rêver !! Nous sommes la première signature de Trenkill mais pas son coup d'essai. Le Boss, a auparavant officié auprès de Several bleeds...

Seb- Excellent taf, des ambitions, et des bonnes idées... On fonctionne à la transparence, et le label reste à taille humaine. Pas beaucoup de moyen mais beaucoup d'idées...là dessus on est sur la même longueur d'onde !

Vous aviez enregistré quelques trucs en démo pour démarcher les labels. Est-ce possible qu'un jour on puisse y jeter une oreille? Ou n'en êtes-vous plus (totalement?) satisfaits?

Nico – Eh, eh on doit avoir ça dans un carton... Sinon de mémoire je crois que ça traîne aussi sur la mule... C'était des bases de travail pour nous mais les morceaux n'ont pas tellement changé.

Seb- On fera une sortie K7 peut être un de ces 4 J

Le prochain sera également chez eux? Avez-vous déjà commencé à composer des nouveaux morceaux en vue du deuxième album? Il y a vraiment cette impression sur Fragments que vous n'avez pas eu peur de prendre des risques, musicalement parlant, quitte peut être à en déstabiliser quelques uns... La suite de Tanen restera dans un registre proche ou ressentez-vous le besoin d'essayer de nouvelles sonorités, de partir vers d‘autres horizons?

Nico – On travaille sur le deuxième depuis plusieurs mois. Le processus de composition n'a pas changé, donc on risque de jouer les explorateurs encore une fois. A priori ça s'annonce un peu plus violent que le premier, mais qui sait à quoi vont ressembler les morceaux à venir !

Seb- ça bosse même dur !! on est confiant et on prépare un truc assez sympa.. bon j'entretiens quand même le mystère on balancera des infos dans les prochains mois !! ça sera plus frontal je pense que Fragments...

En espérant que le vieux proverbe mexicain « après le beau temps vient la pluie » ne s'applique pas pour vous, je vous souhaite, très sincèrement, une bonne continuation! Comme je vous l'ai dit, Lyon est une très jolie ville... à bon entendeur! ;) Je vous laisse conclure!

Nico - Et bien merci à toi. Pour ce qui est de Lyon nous savons que c'est une jolie ville et pour ne rien te cacher j'y suis même né... Je conclurais donc sur cette phrase de Jim Morrison dans Wayne's world 2 : « Engage les groupes et ils viendront... ». En gros, trouve nous une date et on saute dans le camion J !

Seb- Merci pour ces questions extrêmement pertinentes (j'ai pas eu le temps que je voulais pour y répondre malheureusement). Et ravi que l'album ait été si bien reçu chez vous ! Merci aussi à toi du temps que tu nous a consacré ! Et vraiment DESOLE pour le retard, la prochaine je ferai mieux ;)

Caedes